hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 19:00:58 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Le père Lacombe


Comme témoin à son amour pour les plaines du pays des Pieds-Noirs de l’Alberta, le cœur du père Albert Lacombe était auparavant enterré à Midnapore. (Il est maintenant enterré avec son corps à Saint Albert. Ce geste touchant fut l’héritage à un homme qui a dédié la plupart de sa vie au service des Métis et des peuples autochtones de la province.

Le père Albert Lacombe

Né à Saint-Suplice, au Québec, en 1827, ce prêtre Oblat bien-connu a passé la plupart de ses 80 ans à voyager les plaines de l’Ouest canadien, établissant des missions, cherchant des convertis à la foi catholique romaine, et aidant à maintenir l’ordre et la paix dans un territoire volatile.

Comme beaucoup de garçons venant des fermes du bassin Saint-Laurent, le jeune père Albert Lacombe fut captivé par les aventures des voyageurs de la traite de la fourrure et des missionnaires Oblats dans l’Ouest. Au cours de ses études, il a monté une ambition qui fut noté par ses supérieurs et ses enseignants. En 1849, lorsqu’il arriva à la fin de ses études théologiques, l’évêque Ignace Bourget informa Lacombe qu’à la suite de son ordination, il serait envoyé aux missions de l’Ouest. Son premier arrêt serait à Pembina, ensuite Saint Boniface.

Deux ans à l’établissement à la rivière Rouge commencèrent la préparation du père Lacombe pour la vie qu’il mènerait sur les plaines de l’Ouest. Les souvenirs vivides de participer à la chasse au bison avec les Métis et de ses premiers contacts avec les Cris et les Pieds-Noirs lors de son arrivé au Fort Edmonton en 1852 démontrèrent l’impact de ces premières années sur le jeune prêtre. En 1853, il fut envoyé à la mission du Lac Ste-Anne établie par le père Thibault. Pendant qu’il était là, il apprit la langue crie (il publierait éventuellement un dictionnaire à ce sujet) et finit ses études afin d’être admit à l’ordre religieux des Oblats.

Malgré ses grands efforts et ceux des Sœurs Grises, le père Lacombe était incapable de convaincre les Métis et les Autochtones de la région d’entreprendre une existence agricole au Lac Ste-Anne. En 1861, un meilleur emplacement fut choisi sur la rivière Sturgeon, et la mission de Saint-Albert fut fondée pour accommoder la population métisse. Seulement quatre ans plus tard, il quitterait Saint-Albert pour voyager avec les Cris et les Pieds-Noirs dans les prairies. Au cours des années, Lacombe deviendrait ami avec les chefs d’influence dans les communautés importantes dans l’Ouest. Il fut bien reçu dans les camps Cris et Pieds-Noirs, et réussissait à prévenir la violence entre les deux nations ennemies. Son importance dans la communauté grandit encore plus lorsque qu’il soigna les malades et les mourants lors de l’épidémie de la variole entre 1870 et 1872.

Dans la décennie qui suivrait, le père Lacombe quitterait ses missions dans les prairies pour voyager en France et en Europe dans le but d’obtenir des fonds pour l’établissement d’une nouvelle mission près de la rivière Bow pour les Pieds-Noirs. Par contre, sa réputation le précédait, et suite à son retour il fut appelé ailleurs, dont la paroisse Sainte-Marie à Winnipeg et aux camps de construction du Chemin de Fer Pacifique qui s’établissaient dans la prairies.

Le père Lacombe

Lors de son retour en Alberta en 1882 après une absence de 10 ans, il découvrit que ses soucis furent réalisés; le bison a disparu des plaines, et les Métis et les Autochtones faisaient face à la famine et la pauvreté. Comme il avait prédit plusieurs années auparavant, le contact avec les marchands de whiskey et les pionniers avaient des effets dévastateurs. Malgré qu’il continue à s’occuper des peuples autochtones de l’Alberta, son attention fut d’abord pris par le nombre croissant de pionniers arrivant par train pour prendre avantage de la richesse des prairies.

La province entière fut en deuil lors de sa mort en 1916, et en 1929, une statue en bronze fut érigée à saint-Alberta en sa mémoire.

Pour plus d’information sur les activités missionnaires en Alberta et les Oblats, visitez le site Web For the Life of the World: The Missionary Oblates (en anglais seulement).

 
English / Français
The Heritage Community Foundation created the content of this site


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the towns of St. Vincent and St. Paul, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved