hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 19:13:03 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Catholique romain

Les missionnaires oblats du Coeur de Marie-Immaculée sont venus dans l’ouest canadien au mitan du XIXième siècle, et suite aux traités du gouvernement fédéral avec les tribus amérindiennes, leur rôle comme missionnaires errants envers ces populations changea quelque peu. Tout en continuant de développer des nouvelles missions, les missionnaires oblats créèrent des écoles pensionnats pour les enfants des Amérindiens, écoles qui étaient pour la plupart subventionnées par le gouvernement fédéral. La communauté des oblats qui étaient presque tous francophones, s’était aussi impliquée dans la promotion de la colonisation canadienne-française, pour qui ils avaient établis des missions qui devinrent des paroisses. Puisque le mandat papal des Oblats était l’œuvre des missions, la gestion des paroisses appartenait au clergé séculier, donc diocésain, et un certain nombre de ces nouvelles paroisses étaient administrées par des prêtres séculiers. Il n’y avait aucun problème lorsque Mgr Legal était le prélat de l’archidiocèse d’Edmonton, mais lors de son décès en 1920, son remplaçant, Mgr Henry-John O’Leary établit un séminaire pour former les prêtres de son archidiocèse, ce qui suscita des changements considérables, alors que les Oblats francophones (et bilingues et souvent multilingues) furent remplacés. Il y avait déjà un précédent en Alberta car lors de la création du diocèse de Calgary, ce fut John Thomas McNally qui fut nommé son évêque. La plupart des Oblats de l’archidiocèse d’Edmonton qui étaient alors curé de paroisse cédèrent leur place au clergé séculier et continuèrent leur travail auprès des autochtones sur les réserves.

Dans la region d’Edmonton, les Oblats ont continué leur travail avec la population indigène. L’école résidentielle de Saint-Albert a été géré par les Oblats, avec l’aide des Sœurs Grises, jusqu’aux années soixante. Les Oblats géraient aussi le Juniorat Saint-Jean qui devient le Collège Saint-Jean en 1942 lorsque le collège des Jésuites fut fermé. Le Collège Saint-Jean a été affilié à l’Université de l’Alberta en 1963, lorsque les Oblats cédèrent l’institution à l’université. Pour de nombreuses années, les Oblats continuèrent à enseigner à la Faculté Saint-Jean, et quelques anciesn Oblats y sont toujours actifs aujourd’hui. Les Oblats ont aussi eu un rôle important dans la continuité du journal hebdomadaire francophone, La Survivance (devenu Le Franco). Ils ont aussi participé activement à la création et à la continuité de l’Association canadienne-française de l’Alberta.

Ailleurs dans la province, l’archidiocèse de Grouard-McLennan, créé en 1967, a toujours été dans ses incarnations antérieures, donc principalement le Diocèse de Grouard, desservit surtout par les missionnaires oblats, surtout à cause des nombreuses missions en de régions isolées. Dans le diocèse de Calgary, les Oblats ont continué leur travail dans les écoles résidentielles sur les réserves jusqu’à leur fermeture. Aujourd’hui quelques Oblats oeuvrent toujours dans certaines paroisses à Calgary ainsi qu’à Standoff et Fort McLeod. Pareillement en ce qui concerne le diocèse de Saint-Paul, où deux Oblats travaillent à Bonnyville. En ce qui concerne l’extrême nord-est coin de la province, il est toujours administré par le diocèse de Mackenzie-Fort Smith, où quelques oblats s’occupent des paroisses et des missions éparpillées dans le Grand Nord.


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Francophone Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved