hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:27:08 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

This Site
The Encyclopedia

L’arrivée au Canada

L’évêque de Montréal, Mgr Ignace Bourget, voyait que les catholiques des Cantons de l’Est et que les hommes des chantiers de son diocèse avaient un grand besoin de soins religieux, et il était convaincu que la seule façon d’y faire était de trouver une congrégation missionnaire qui pourrait venir lui prêter main forte afin de les évangéliser. Son diocèse avait grandement besoin de missionnaires, non seulement pour les chantiers, mais pour les communautés autochtones et, aussi, pour fonder des écoles et des collèges. Il y avait alors quelques missionnaires au Canada, mais ceux-ci, envoyés par leur évêque, travaillaient généralement seuls, et il était très difficile d’assurer une continuité dans ces missions. Quelques-uns oeuvraient avec les peuples autochtones de l’Est du Canada, ainsi que dans le Nord-Ouest, dans la région de la Rivière Rouge, mais dans tous ces cas, il manquait de main d’œuvre et de suivi. Il lui semblait absolument essentiel de trouver une congrégation missionnaire qui pourrait travailler en équipe de façon systématique dans les chantiers des âmes du Canada.

C’est dans cette intention que Mgr Bourget quitte le Canada pour la France, le 6 mai, 1841. À Paris, il fait appel à plusieurs congrégations religieuses, incluant les Jésuites, qui avaient déjà œuvré au Canada (la congrégation canadienne s’était éteinte après la Conquête); il est refusé de toute part. Par contre, on lui suggère d’aller voir l’évêque de Marseille, Mgr Eugène de Mazenod, fondateur de la congrégation des Oblats de Marie Immaculée, une communauté religieuse qui cherchait justement à accéder à des missions étrangères. Après avoir reçu l’approbation des membres de sa congrégation, le 16 juillet, 1841, Mazenod accepte et note dans son journal : « Montréal n’est peut-être que la porte qui introduira la famille à la conquête des âmes dans plusieurs pays. » 1

Mgr de Mazenod envoie six prêtres à Montréal : les pères Jean-Baptiste Honorat, Adrien Telmon, Jean Baudrand, Lucien Lagier – et deux frères coadjuteurs, Basile Fastray et Louis Roux. Lorsqu’ils arrivent à Montréal, le 2 décembre 1841, leur première résidence est dans la paroisse de Saint-Hilaire-de-Rouville, pour se déplacer à Longueuil l’année suivante. De Longueuil, les Oblats organisent leurs premières missions et se mettent à recruter des prêtres canadiens pour se joindre à leur communauté.

Ressources bibliographiques

(1) Aimé Roche, Eugène de Mazenod, Lyon, Éditions du Chalet, 1960, p. 56.


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Missionary Oblates in Western Canada, visit Peel’s Prairie Provinces.

Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved