hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:27:09 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

This Site
The Encyclopedia

La congrégation oblate en Alberta

Notre Dame de Pitie carving (H96.30.188): From paper on back of carving: 'Carved in 1896 by Bro. J. Hoyer, OMI. Fond du Lac, Saskatchewan. Joseph Hoyer born in Germany. Worked at Fond du Lac, Resolution, Ft. Chipewyan, Ft. Smith. Noviciate 1889, vows 1890, dispensed 1906.' So while it was carved in Saskatchewan, given the accession number, we received it from the Vital Grandin Centre collection.Les premiers travaux des Oblats dans ce qui est aujourd’hui l’Alberta se font dans deux vicariats, le vicariat apostolique de Saint-Albert (devenu diocèse en 1871) qui comprend le versant nord de la rivière Saskatchewan du Nord jusqu’à la frontière américaine et certaines parties de ce qui est aujourd’hui le nord de la province de la Saskatchewan, particulièrement l’Île-à-la-Crosse, et le vicariat de l’Athabaska-Mackenzie, qui comprend le bassin hydrographique de la rivière Athabasca, de la rivière la Paix et le bassin du fleuve Mackenzie dans ce qui est maintenant les Territoires du Nord-Ouest.

Avant l’établissement de ces vicariats catholiques, le Territoire du Nord-Ouest, y compris ce qui est présentement l’Alberta, était sous la gouverne ecclésiastique du diocèse de Saint-Boniface, mais avec l’expansion des missions dans les régions plus nordiques de l’Athabasca et du Mackenzie, il devient nécessaire de créer une nouvelle province ecclésiastique. Mgr. Émile Grouard, OMI, [1910-1912]. (OB3045 - Oblate Collection at the PAA)Le vicariat de l’Athabaska-Mackenzie est établit en 1862, sous la tutelle de Mgr Henri Faraud, qui est nommé son premier vicaire, avec le titre d’évêque d’Annemour. Entre temps, MgrVital Grandin est ordonné coadjuteur de Mgr Taché, évêque de Saint-Boniface. On donne à Mgr Grandin la tâche d’administrer les missions au nord et à l’ouest de Saint-Boniface. Mgr Grandin habite à l’Île-à-la-Crosse, mais avec la création du vicariat de Saint-Albert, il viendra y placer son évêché. En 1871, ce vicariat se transforme en diocèse.

Croix oblate faite exclusivement pour la congrégation des oblats et donnée aux novices durant leur cérémonie d’oblation. (80022002 - Collections Oblat, Province Grandin, Royal Alberta Museum)Les premiers pas des Oblats dans ce qui est présentement l’Alberta se font dans le district de l’Athabasca. La première mission est établie au fort Chipewyan. Le père Alexandre-Antonin Taché visite la région en 1847 et, en 1850, il construit une résidence et donne le nom de « la Nativité » à la mission qui est située à deux kilomètres à l’ouest du poste de traite. De La Nativité, les Oblats se tournent vers le sud et l’ouest, remontant la rivière la Paix où ils établissent des missions. Le poste de traite de fort Dunvegan, sur la rivière la Paix était un poste important pour la tribu des Castors. Le fort avait été visité par des missionnaires diocésains avant la visite du père Albert Lacombe en 1855, mais il n’y a pas de mission permanente dans cette région avant l’établissement de la Mission Saint-Charles, en 1866, par Mgr Henri Faraud et le père Christophe Tissier. La mission de Saint-Henri est fondée au fort Vermillion sur la rivière la Paix, la mission Saint-Pierre au fort Saint-Jean, et la mission de Notre-Dame-des-Neiges au fort Hudson Hope. Des missions sont aussi fondées à l’embouchure de Spirit River, et une autre au Portage-des-Montagnes-Rocheuses. Une mission importante est aussi fondée sur le Petit-lac-des Esclaves, la mission Saint-Bernard, maintenant le village de Grouard; elle devient une résidence en 1872. Des missions sont aussi été fondées à Wabasca et au lac Esturgeon.

À l’est du Petit-lac-des-Esclaves, le lac la Biche devient un centre très important pour les Oblats. Le premier missionnaire qui visite le lac est M. J.-B. Thibault, un prêtre séculier, qui s’y rend de 1844 à 1850, et le père Lacombe, qui n’est pas encore un oblat, y va en 1852. Il place la mission sous la protection de Notre-Dame-des-Victoires et  à la suggestion d’un ancien voyageur qui habite dans le secteur, propose un nouvel emplacement plus pratique pour la mission. Le père René Rémas, om.i., s’y rend en 1853, chargé d’y établir une résidence, mais il échoue dans la tâche. Il est remplacé par les pères Jean Tissot et Augustin Maisonneuve, en 1855, qui réussissent. La mission est déplacée à l’endroit où elle se trouve présentement l’année suivante, et est inauguré par R.P. James L. Holland, OMI. (OB33014 - Oblate Collection at the PAA)Mgr Taché vers la fin du printemps. Cette mission avait une raison d’être stratégique, en ce qu’elle allait servir d’entrepôt et de ferme de production pour desservir les Missions du Grand Nord et de la rivière la Paix. En effet, les Oblats descendront leurs effets par la rivière Athabasca, que Mgr Taché, après l’avoir descendue en canot, catégorise comme « l’épouvantail du Nord ». L’importance de la mission de Notre-Dame-des-Victoires pour l’approvisionnement des missions du Grand Nord fait qu’elle est transférée au vicariat de l’Athabaska-Mackenzie en 1869. 

Au nord-ouest du fort Edmonton, la Mission du lac Sainte-Anne est une des plus anciennes des missions dans ce qui est maintenant l’Alberta. M. J-B. Thibault avait fondée une mission à cet endroit en 1842, et de cet endroit, lui et d’autres missionnaires séculiers se rendent en mission  sur la rivière Athabasca, à la rivière la Paix et les forts de la rivière Saskatchewan du Nord. Ils sont remplacés par le père Lacombe en 1852; le père Rémas est le premier Oblat à y résider; il est censé y resider en 1853, mais il se rend au Lac la Biche, mais vient au Lac Ste-Anne à l’automne de 1854 où il est censé aider à Albert Lacombe a compléter son noviciat. Durant ce séjour, il partage avec Lacombe la tâche d’évangélisation à Sainte-Anne et au fort Edmonton. 1854 est la date que les Oblats se chargent de la mission Sainte-Anne. Rémas établira des missions au fort Pitt, au fort Carleton, au Petit-lac-des-Esclaves et même sur la prairie au sud. La mission Sainte-Anne est la première à recevoir un contingent des Sœurs de la Charité de Montréal, les Sœurs Grises.

R.P. Albert Lacombe, OMI, Nov. 1911. (OB3146 - Oblate Collection at the PAA)Le père Albert Lacombe est posté à la mission du lac Sainte-Anne en 1852, et il visite le fort Edmonton, où il commence à apprendre le cri et où il songe à l’établissement d’une mission permanente à cet endroit pour la population métisse. L’année suivante, le facteur en chef du fort, John Rowand lui donne une bâtisse pour une résidence. En 1854, lorsque Mgr Taché visite le fort, il nomme cette mission « Saint-Joachim ». Ce nom est le contrepoint à la mission Sainte-Anne; Joachim et Anne étaient les parents de Marie, la mère de Jésus. Le choix est astucieux, puisque les Oblats se rendent compte du grand respect que les Autochtones et les Métis avaient envers les aînés de leur famille et de leur clan, et de cette façon transmettent le message d’évangélisation en utilisant l’exemple de la Sainte Famille. Ce genre de syncrétisme a souvent été utilisé par les missionnaires de  l’Église catholique.

La mission Sainte-Anne est mal située à cause de l’abondance de marécages dans la région qui rend la culture de jardins et l’agriculture difficiles – et si essentiels pour la survie des missionnaires. Un meilleur emplacement est choisit au nord du fort Edmonton en 1861, et la nouvelle mission sur la rivière Esturgeon est nommée Saint-Albert par Mgr Taché en honneur du père Albert Lacombe. Les Sœurs Grises du lac Ste-Anne déménagent à la mission Saint-Albert en 1863, où elles établissent une école et un orphelinat. En 1871, Saint-Albert deviendra l’évêché de Mgr Grandin pour le diocèse de Saint-Albert. Un grand nombre des Métis qui habitaient au lac Ste-Anne viennent s’établir à Saint-Albert aussi, choisissant les lots en rang le long de la rivière Esturgeon, où ils commencent à pratiquer un peu d’agriculture.

Un homme charismatique, le père Albert Lacombe devient un des Oblats les plus connus de l’Alberta. En plus de son travail de missionnaire au fort Edmonton et à Saint-Albert, il établit une mission auprès de la rivière Saskatchewan du Nord, où se trouve le hameau de Brosseau de nos jours et, qu’il nomme Saint-Paul-des-Cris. Lacombe tâche d’enseigner aux autochtones comment cultiver la terre, probablement en contrepartie aux missions méthodistes au lac du Poisson-Blanc et à Victoria en amont sur la rivière Saskatchewan. Les Cris, et leurs parenté métisse, cultivent des petits jardins et se dirigent chasser les hardes de bison dans les Prairies l’été, revenant à l’automne pour faire leur récolte. La mission est abandonnée après la grande épidémie de variole qui décime en grande partie la population du Nord-Ouest en 1870.   

R.P. Constantine Scollen, OMI, [before 1902]. (OB16016 - Oblate Collection at the PAA)R.P. Léon Doucet, OMI, 97 years of age, 1938, Photographer - A. Nadeau, OMI. (OB2896 - Oblate Collection at the PAALe père Lacombe a aussi beaucoup oeuvré dans le sud de la province, visitant les Pieds-Noirs en 1863. La première mission permanente est seulement établie dans cette région en 1873, par les pères Constantin Scollen et Léon Doucet, qui établissent la mission de Notre-Dame-de-la-Paix, à l’ouest de ce qui est aujourd’hui Calgary. Le nom est en souvenir du pacte de paix établit entre les Cris et les Pieds Noirs, et négocié par le père Lacombe.

Le diocèse de Saint-Albert devient l’archidiocèse d’Edmonton en 1912, tandis que le nouveau diocèse de Calgary est créé du sommet du versant sud de la rivière Red Deer jusqu’à la frontière américaine. En 1948, le diocèse de Saint-Paul est érigé de la partie au nord de l’archidiocèse d’Edmonton. Entre temps, les vicariats d’Athabasca et Mackenzie sont créés en 1901, et en 1927, le diocèse de Grouard est érigé en tour. En 1967, il devient l’archidiocèse de Grouard-McLennan.

Références bibliographiques:

Champagne, Claude, o.m.i., Les débuts de la mission dans le Nord-Ouest canadien: Mission et Église chez Mgr Vital Grandin, o.m.i. (1829-1902). Ottawa: Éditions de l’Université d’Ottawa, 1983.

Champagne, Joseph-Étienne, o.m.i., Les Missions Catholiques dans l’Ouest Canadien (1818-1875). Scolasticat Saint-Joseph, Ottawa: Éditions des Études Oblates, 1949.

Huel, Raymond. Proclaiming the Gospel to the Indians and the Métis. Edmonton: University of Alberta Press and Western Canadian Publishers, 1996.

Levasseur, Donat, o.m.i., Histoire des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée: Essai de synthèse. Vol. I: 1815-1898. Montréal: Maison Provinciale, 1983.

_____________. Les Oblats de Marie Immaculée dans l’Ouest et le Nord du Canada, 1845-1967. University of Alberta Press and Western Canadian Publishers, 1995.

Levasseur-Ouimet, France. Saint-Joachim, la première paroisse catholique d’Edmonton, 1899-1999. Edmonton: F. Levasseur-Ouimet, 1999.


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Missionary Oblates in Western Canada, visit Peel’s Prairie Provinces.

Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved