hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:27:29 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

This Site
The Encyclopedia

Le diocèse de St-Boniface

Lorsque les Oblats arrivent dans l’Ouest, ils se rendent à Saint-Boniface à la colonie de  Rivière-Rouge sur les rives des rivières Rouge et Assiniboine. Le siège épiscopal du diocèse, créé en 1847, est à Saint-Boniface, où est situé la cathédrale. Leur chantier apostolique est énorme, et comprend à cette époque les bassins des rivières Athabasca et Mackenzie dans le Nord du continent et presque tout de ce qui deviendra les provinces du Manitoba, Saskatchewan et Alberta. En 1860, le Diocèse de Saint-Boniface sera sous divisé.

Entre 1853 et 1870, dix-sept missionnaires oblates sont recrutés pour oeuvrer dans la région de la Rivière-Rouge (l’ancien district d’Assiniboia) avec les Blancs, les Métis et les Saulteaux. Les premières missions oblates du diocèse de Saint-Boniface sont fondées le long des lacs Winnipeg, Manitoba et Winnipegosis, dans ce qui est de nos jours, le sud du Manitoba et des parties du sud-ouest de l’Ontario et du sud de la Saskatchewan. Les chantiers d’évangélisation de la colonie de la Rivière-Rouge sont les premiers des Oblats dans l’Ouest canadien.

La plus grande paroisse de la colonie de la Rivière-Rouge est celle de la cathédrale de Saint-Boniface, qui devient une paroisse oblate lorsque Mgr. Taché devient son évêque en 1851. Les Oblats établiront un hôpital, une école industrielle, un grand séminaire et un collège, le collège de Saint-Boniface, qui deviendra un des collèges fondateurs de l’Université du Manitoba. Dans cette paroisse, les Oblats prendront aussi à leur charge une prison. Dans leurs débuts dans l’Ouest, les Oblats de Saint-Boniface accompagnent les Métis et les Autochtones dans leurs excursions biannuelles de chasse pour le bison.

La croissance de la population métisse dans la colonie de la Rivière-Rouge oblige la création de plusieurs paroisses oblates dans les environs de Saint-Boniface. Près de la rivière Esturgeon, la mission de Saint-Norbert où le père Jean Lestanc est résident, a une population résidente, surtout métisse, d’environ 700 âmes. La colonie a une école pour les garçons et une autre pour les filles. À six milles de Saint-Boniface est située la paroisse riveraine de Saint-Vital, qui longe la rivière Rouge, et est érigée vers 1860. Il y a aussi la paroisse Saint-Charles et, plus tard, la paroisse Sainte-Marie sera créée; elle tient ses débuts de l’Académie Sainte-Marie, fondée par les Sœurs de la Charité de Montréal en 1869. Les Oblats sont assignés à cette paroisse en 1875. Toute cette région est maintenant englobée par la ville de Winnipeg.

À l’extérieur de la présente superficie de la ville de Winnipeg plusieurs autres missions dépendaient de Saint-Boniface. Au sud-est de Saint-Boniface se trouve Sainte-Anne-des-Chênes, visitée par les Oblats après 1859, mais qui n’a pas de prêtre résidant avant 1870. À quelques 35 kilomètres à l’ouest de Saint-Boniface est située la grande colonie métisse de Saint-François-Xavier, que le père Laflèche dessert après 1845. Les Sœurs Grises établissent une école à cet endroit. Quelques autres paroisses sont été fondées dans la colonie de la Rivière-Rouge : Ste-Agathe (1871 ou 1872), St- Pierre (1870) et St-Jean-Baptiste (1876), au sud de St-Norbert. Notre-Dame-de-Lorette à la colonie métisse de Pointe-des-Chênes au sud-est de St-Boniface est établit en paroisse oblate en 1873.

À l’extérieur du village de St-Boniface, il y a trois autres centres des missionnaires oblats – à St-Laurent, le fort Alexandre et la vallée de la Qu’Appelle.

Pendant bien des années, de la mission St-Laurent, au sud du lac Manitoba, les missionnaires résidents desservent les missions des lacs Manitoba et Winnipegosis. Avant l’établissement de cette mission, le père François-Xavier Bermond voyage dans la région et, en 1847, fixe sa résidence sur la baie des Canards du lac Winnipegosis. L’année suivante, la mission est transférée au Manitoba Post sur le lac Manitoba et nommée Notre-Dame-du-Lac, avant que la mission soit abandonnée en 1850. Le père Gascon est envoyé construire la chapelle de Saint-Laurent sur le lac Manitoba, et le père Simonet devient son premier résident oblat en 1861. Saint-Laurent devient le centre religieux des Métis et des Saulteaux de la baie des Canards et du Manitoba Post.

En 1861, le père Joseph Lestanc commence ses missions annuelles au fort Alexandre, le long de rivière Winnipeg, qui devient un centre important pour les missionnaires dans cette région. La résidence oblate de Saint-Alexandre est établie en 1867 afin d’évangéliser les Saulteaux qui habitent dans la région le long de ce qui est aujourd’hui la frontière entre le Manitoba et l’Ontario. Le père Joachim Allard est le premier résident oblat à la mission Saint-Alexandre, qui sert de desserte pour trois autres missions chez les Saulteaux, au Portage-aux-Rats (Kenora), McIntosh et le fort Francis.

R.P. James L. Holland, OMI. (OB33014 - Oblate Collection at the PAA)La chapelle de Saint-Florent au fort Qu’Appelle devient aussi un lieu de résidence oblate importante. Mgr Provencher visite la vallée de la Qu’Appelle en 1819, ce qui rend cet endroit un des plus anciens chantiers missionnaires dans l’ouest du Canada. Mgr Taché s’y rend en 1864 avec l’idée d’y établir une mission. Le fort Qu’Appelle est un lieu de rencontre et de rassemblement pour un grand nombre de métis et d’autochtones, des Cris, des Assiniboines, des Sioux et des Saulteaux, ce qui en fait l’endroit idéal pour établir une mission. La chapelle oblate de Qu’Appelle est construite en 1866, et le père Jules Decorby est son premier résident. Autour de cette résidence, plusieurs autres missions sont fondées, incluant la mission de File Hills sur une réserve crise, Notre-Dame-de-Lumières sur une réserve sioux, Notre-Dame-de-Secours chez les Saulteaux, et à Dauphiné, une colonie métisse. En 1884, les Oblats établissent une école industrielle pour des enfants autochtones auprès du fort Qu’Appelle.

En plus de ces missions, les Oblats desservent aussi des missions au sud de la frontière américaine à Saint-Joseph (Minnesota) fondée en 1853, et à Pembina, dans le sud du Manitoba, établie en 1877.

De Saint-Boniface, les Oblats voyagent à l’Île-à-la-Crosse, qui sera la prochaine base d’opération pour leur œuvre de missionnaires dans le nord-ouest de ce qui est maintenant la province de la Saskatchewan.

Références bibliographiques

Champagne, Claude. Les débuts de la mission dans le Nord-Ouest canadien: Mission et église chez Mgr Vital Grandin, o.m.i. (1829-1902). Ottawa: Éditions de l’Université d’Ottawa, 1983.

Champagne, Joseph-Étienne, OMI. Les Missions Catholiques dans l’Ouest Canadien (1818-1875). Scolasticat Saint-Joseph, Ottawa: Éditions des Études Oblates, 1949.

Huel, Raymond. Proclaiming the Gospel to the Indians and the Métis. Edmonton: University of Alberta Press and Western Canadian Publishers, 1996.

Levasseur, Donat, (O.M.I.) Histoire des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée: Essai de synthèse. Vol. I: 1815-1898. Montréal: Maison Provinciale, 1983.

_____________. Les Oblats de Marie Immaculée dans l’Ouest et le Nord du Canada, 1845-1967. University of Alberta Press and Western Canadian Publishers, 1995.


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Missionary Oblates in Western Canada, visit Peel’s Prairie Provinces.

Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved