hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:27:30 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

This Site
The Encyclopedia

L'Île-â-la-Crosse et les missions de la Saskatchewan

La première mission résidentielle des Oblats dans la région qui allait devenir le diocèse de Saint-Albert, et plus tard le diocèse de la Saskatchewan, est la mission de Saint Jean-Baptise à l’Île-à-la-Crosse. Avec l’établissement de cette mission, c’est le début de l’éloignement des Oblats des missions de la Rivière-Rouge et le commencement de la grande aventure du Grand Nord, des « Glaces polaires ». comme se plaisent alors de dire les missionnaires- dans les bassins hydrographiques de l’Athabasca et du Mackenzie et des missions à l’ouest du lac la Biche, du lac Sainte-Anne et de Saint-Albert, et celles de ce qui deviendra la province de la Saskatchewan.

Mgr. Alexandre Taché, OMI (1867-1887). (OB3543 – Collection Oblate aux Archives Provinciale de l’Alberta)M. Thibault, prêtre diocésain, est le premier missionnaire catholique à visiter l’Île-à-la-Crosse, et  recommande à Mgr Provencher qu’une mission soit établie dans cette région. En 1846, les jeunes prêtres, Louis-François Laflèche, futur évêque de Trois-Rivières, et Alexandre Taché, qui deviendra évêque du diocèse de Saint-Boniface, s’y rendent, un trajet de 1500 kilomètres à ce poste de traite de fourrures. Une fois sur place, ils se mettent à l’étude du cri et du montagnais (langue déné ou tchipewyane) afin de desservir la population autochtone locale. Le père Taché fait une visite de mission au lac Vert et le lac Caribou, avant de se rendre au lac Athabasca en 1847, 700 km de l’Île-à-la-Crosse, où il est reçu avec enthousiasme par les Montagnais. Les problèmes de santé du père Laflèche à l’Île-à-la-Crosse font qu’il sera remplacé par le père Henri Faraud, à qui on assigne de l’établissement d’une mission permanente au lac Athabasca. En 1848, En France des crises révolutionnaires mènent à une explosion politique, ce qui nuit grandement au financement des missions étrangères des Oblats dans Nord-Ouest de l’Amérique du Nord.

La mission Saint-Jean-Baptiste de l’Île-à-la-Crosse a un grand nombre de fidèles métis, cris et montagnais, environ 700. Les Oblats y apportent un moulin à farine et, en 1860, les Sœurs Grises de Montréal ouvrent une école et un orphelinat, mais la mission n’est pas sans difficultés. Le départ du père Taché en 1851 pour Saint-Boniface cause de la grogne dans la communauté, et il est obligé de revenir temporairement l’année suivante pour rassurer ses ouailles. Son remplacement, le père Valentin Végréville n’a pas le charisme de son prédécesseur, et il quitte la mission en 1857 pour être remplacé par le jeune père Henri Grollier. Le père Vital Grandin le succède durant cette même année, et il reste à l’Île-à-la-Crosse jusqu’en 1869. Malheureusement, un incendie en 1867 détruit le pensionnat-résidence, et 18 personnes, enfants et vieillards, y trouvent la mort.

Les Oblats qui resident à l’Île-à-la-Crosse établissent aussi la mission de Saint-Pierre au lac Caribou. Le père Taché s’était rendu au poste de traite à cet endroit en 1847 et le père Augustin Maisonneuve le succède dans ces visites de missions en 1851. Les débuts de cette mission sont mal au point, premièrement la disette généralisée fait que les Autochtones sont dans l’arrière-pays, où ils ont à manger. Les visites de missions recommencent en 1860, lorsque le père Végréville, le père Alphonse Gasté et le frère Jean Perréard établissent la fondation de la chapelle Saint-Pierre, mais les conditions difficiles et la famine obligent les missionnaires de rentrer à la mission Saint-Jean-Baptiste à l’Île-à-la-Crosse. Mais tout de même, on reprend les efforts d’évangélisation, et de sept à huit cent Montagnais visitent la mission du lac Caribou vers 1870, où une école avait été fondée par les Oblats. Le père Gasté se rend à Dubawnt, 1000 km au nord du lac Caribou et devient le premier oblat à évangéliser chez les Inuit. Il revient au lac Caribou accompagné de cinq familles inuites chrétiennes.

La mission de Notre-Dame-Des-Sept-Douleurs à Fond-du-Lac est aussi desservie par les missionnaires de l’Île-à-la-Crosse. Situé sur la rive nord du lac Athabasca, la mission est surtout fréquentée par les Montagnais (leur nom français prend ses origines des hauteurs qui entourent ce lac). Le père Grollier y fonde la première mission en 1853, mais la chapelle n’est construite qu’en 1865, lorsque le père Isidore Clut vient y résider.

En plus de ces missions, les Oblats qui sont à l’Île-à-la-Crosse établissent la mission de la Visitation au Portage-la-Loche. Ils fondent aussi la chapelle de la Bienheureuse-Marguerite-Marie au lac Canot, et la chapelle Saint-Julien au lac Vert.

Durant les années 1870, d’autres missions sont fondées plus au sud, dans la région de Prince Albert, les Oblats fondent des missions pour les métis et les autochtones. Les pères Julien Moulin et Vital Fourmond établissent la mission Saint-Laurent-de-Grandin. Une mission est fondée au lac Canard en 1877 par le père Alexis André et le père Mélasyppe Paquette fonde la mission au lac Maskeg. Le père Végréville fonde une mission au fort Carleton en 1888, le père Pierre Lecoq fonde la mission de Saint-Louise-de-Langevin en 1886, et le père Julien Moulin établit la mission à Batoche en 1882.

Plus à l’Ouest, dans la région de Battleford, la mission Saint-Vital est fondée par le père Joseph Lestanc dans la colonie elle-même, en 1877. Le père Louis Cochin voyage de Battleford pour œuvrer chez les cris qui habitent alors dans leurs terres traditionnelles le long de la rivière Bataille. De Battleford, les Oblats fondent une mission à Fort Pitt en 1877, qui permet l’établissement de missions au lacs Grenouille, Froid, En-Long, et des Oignons.

Références bibliographiques

Champagne, Claude. Les débuts de la mission dans le Nord-Ouest canadien: Mission et église chez Mgr Vital Grandin, o.m.i. (1829-1902). Ottawa: Éditions de l’Université d’Ottawa, 1983.

Champagne, Joseph-Étienne, o.mi.i, Les Missions Catholiques dans l’Ouest Canadien (1818-1875). Scolasticat Saint-Joseph, Ottawa: Éditions des Études Oblates, 1949.

Huel, Raymond. Proclaiming the Gospel to the Indians and the Métis. Edmonton: University of Alberta Press and Western Canadian Publishers, 1996.

Levasseur, Donat, (0.M.I.) Histoire des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée: Essai de synthèse. Vol. I: 1815-1898. Montréal: Maison Provinciale, 1983.

____________. Les Oblats de Marie Immaculée dans l’Ouest et le Nord du Canada, 1845-1967. University of Alberta Press and Western Canadian Publishers, 1995.


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Missionary Oblates in Western Canada, visit Peel’s Prairie Provinces.

Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved