hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:27:36 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

This Site
The Encyclopedia

Les Oblats d’aujourd’hui

Avec la grande chute de vocations religieuses qui s’est manifestée au début des années soixante, le nombre de recrus dans la congrégation des oblats a baissé de façon considérable.

S’il y a encore des recrus, ils sont plutôt clairsemées, mais les Oblats organisent de temps à autres des sessions « Venez voir » pour des jeunes hommes qui s’intéressent à devenir membre de la congrégation. Ces sessions sont tout de même réussies.

La congrégation des oblats au Canada est divisée en provinces. Le plus grand groupe est basé au Québec et est francophone. La province du Frère Antoine regroupe plusieurs anciennes provinces du Nord-Ouest du Canada, incluant le Manitoba et les Territoires du Nord-Ouest. Les sections du Manitoba et de l’Alberta sont les seules qui sont bilingues. La  province de l’Assomption, établie par les oblats polonais, dessert la communauté immigrante. À Edmonton, ils desservent les deux paroisses polonaises, et aussi d’autres groupes comme les hongrois et d’autres. Chaque année, la province de l’Assomption organise une retraite durant le Carême, en faisant venir un prédicateur de Pologne. Cet évènement dure une semaine et est très bien fréquenté par les paroissiens.

De nos jours, la grande majorité des oblats dans l’Ouest canadien sont âgés et à la retraite. Dans la région d’Edmonton, il y a une vingtaine de missionnaires oblats qui travaillent avec les paroisses et agissent comme remplaçants dans les paroisses lorsque leur curé doit s’absenter. Quelques oblats sont responsables de paroisses, comme en est le cas pour la paroisse Saint-Joachim, mais de plus en plus, les supérieurs de la congrégation se demandent si ceci est vraiment de respecter le mandat des oblats, qui est l’évangélisation des pauvres. Tout de même, les Oblats sont toujours impliqués dans les activités paroissiales, certains d’entre eux travaillent avec les équipes pastorales et les écoles catholiques dans leurs missions avec les paroisses. De temps à autres, quelques oblats francophones travaillent avec le Conseil de l’Éducation de la Foi des francophones de l’Alberta (CÉFFA), une organisation qui tâche de rejoindre les paroissiens catholiques des diocèses de l’Alberta. D’autres oblats sont des enseignants au niveau collégial ou universitaire; encore une fois, ceci soulève la question du mandat de travailler avec les plus démunis de la société.

Certains oblats sont aumôniers dans des hôpitaux. Les maladies et les mourants sont considérés comme des pauvres et démunis, ayant besoin des services de la Foi. Les aumôniers travaillent sur appel, et se déplacent à toute heure pour servir les malades et les mourants et consoler les familles. Les oblats ont été depuis longtemps des aumôniers dans les Forces armées canadiennes, mais cette responsabilité est maintenant considérée comme étant celle de prêtres réguliers.

Les oblats travaillent toujours avec les autochtones, surtout les pauvres, et certains d’entre eux aident à l’organisation du pèlerinage du Lac Sainte-Anne, quoique cet évènement est dirigé par un comité spécial depuis 2000. Le travail auprès des pauvres et des plus démunis sont toujours le grand but des oblats. Le père Yvon Levaque (1915-2008) est un cas qui démontre le dévouement que ces religieux portent envers les pauvres; à la retraite en 1998, le père apportait le repas du midi au centre Bissell tous les vendredis, activité qu’il a continué à faire jusqu’à son décès. D’autres oblats organisent des sessions de guérison, de spiritualité et de rétablissements, des camps d’été pour les jeunes autochtones, et des programmes de développement personnel.

À Edmonton, la congrégation travaille de très près avec l’archevêque Richard Smith. Il les encourage de faire des visites pastorales pour dire la messe et offrir les sacrements à des paroisses qui n’ont pas de curé de paroisse. Certaines années, les oblats se déplacent pour visiter des paroisses isolées des Territoires du Nord-Ouest pour dire la messe de Noël, un service qui est fort apprécié.

Les Oblats sont impliqué dans un service pour les jeunes, « Oblate Youth Ministry », organisation qui offre des retraites pour les jeunes et visite les écoles catholiques pour parler de la foi et de l’appartenance à l’Église. Ils travaillent de près avec les paroisses et les écoles catholiques, s’assurant que les enfants reçoivent les sacrements tout en encourageant leurs familles de fréquenter leur église paroissiale. Certains oblats travaillent aussi avec des couples mariés, à Edmonton, le « Worldwide Marriage Encounter » dessert les couples qui veulent vivre plus profondément leur vie dans le sacrement du mariage.

Ainsi, en dépit de leur petit nombre, les oblats sont toujours actifs et desservent les pauvres et démunis de la société dans de nombreux domaines.
Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Missionary Oblates in Western Canada, visit Peel’s Prairie Provinces.

Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved