hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:27:37 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

This Site
The Encyclopedia

L’Église du Sacré-Coeur des Peuples Indigènes

L’Église du Sacré-Cœur est une paroisse du centre ville qui, en 1993, a été reconnue par l’archevêque Joseph MacNeil comme étant « la paroisse officielle des peuples catholiques des Premières Nations à Edmonton et des communautés environnantes ».

Cette décision est basée sur le fait qu’un très grand nombre des peuples des Premières Nations habitent au centre ville d’Edmonton. Une étude parrainée par la ville en 2001 démontre qu’Edmonton est la deuxième ville au Canada en ce qui concerne la population autochtone, et elle avait alors 30,365 résidents indigènes. Seulement la communauté chinoise est plus nombreuse à Edmonton. D’après ce rapport, de ces autochtones, 52% se disent métis, 44% se disent amérindiens, et les autres sont soit inuit ou multiethniques. Les langues parlées comprennent le cri, l’assiniboin, le tchippewayan, l’ojibwa, le déné, le castor, le pied-noir, et le sarci.1

Les Oblats de Marie Immaculée sont une congrégation missionnaire, fondée en 1816 par Eugène de Mazenod, un français issu d’un milieu noble et aisée. Dès l’arrivée des Oblats durant les années 1840, dans ce qui allait devenir l’Alberta, ils ont fondé des missions et aidé à la création de paroisses, avec les indigènes ainsi que les colons. En conséquence de la vague déferlante d’immigrants dans l’Ouest canadien dès les années 1890, il a été nécessaire de répondre aux  besoins religieux des catholiques de différent pays.   

Edmonton, AB - Sacred Heart Catholic Church, c1948, Photographer - A. Pillippot, OM. (OB593 - Oblate Collection at the PAA)La paroisse de l’Immaculée-Conception a été érigée en 1906, mais en 1911, elle ne suffisait plus aux besoins des catholiques de la ville, et la paroisse du Sacré-Cœur a été créée à l’intérieur des mêmes limites frontalières. Ainsi, la paroisse Immaculée-Conception est dédiée aux catholiques francophones, tandis que la paroisse du Sacré-Cœur doit desservir les autres. L’Immaculée-Conception continue à servir aux deux congrégations paroissiales jusqu’au 25 décembre 1913, lorsque l’église de la paroisse du Sacré-Cœur est achevée. C’est est une structure impressionnante en briques dans le style néogothique qui a été conçu par la firme Hardie and Martland. Le bâtiment a des motifs gothiques comme un arc tiers-point au dessus de la porte principale, des fenêtres en rosaces et deux tours. En 1913, sa flèche le point le plus élevé de la ville. Le bâtiment a coûté 50 000$, et 14 000$ de cette somme a été levée par les paroissiens durant la première année après la construction.

Le quartier Boyle-McCauley où l’église se situe a accueillit en succession plusieurs  vagues d’immigrants y compris des ukrainiens et les italiens. Des fidèles de nombreuses origines ethniques ont fréquenté l’église paroissiale du Sacré-Cœur jusqu’à temps qu’ils puissent avoir leur propre église. Des Oblats italophones disaient la messe en italien au début des années 50 avant la construction de l’église paroissiale Santa-Maria-Goretti.

Comme paroisse du centre ville, on associe la paroisse du Sacré-Cœur au service des démunis de toutes confessions. Dès 1971, on offrait un repas de Noël pour les pauvres, et une banque alimentaire non officielle a opérée du sous sol de l’église de 1980 à 1988.  Le 16 novembre 1966, l’église est endommagée par un incendie et sa reconstruction se fait d’après les normes du Concile Vatican II, afin de rendre le rituel de la messe plus accessible aux fidèles. Ainsi, le nouvel autel fait face à la congrégation.

Le Révérend James L. Holland, OMI. (OB33014 - Oblate Collection at the PAA)En 1990, les Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée, province Grandin, dotent la paroisse de prêtres oblats pour travailler avec les autochtones. Le Révérend James L. Holland, omi, est le curé de la paroisse. Comme c’est la pratique des Oblats d’incorporer les langues indigènes dans la pratique religieuse, ceci s’est fait dans cette paroisse. Ainsi on utilise des plantes cérémoniales, comme le foin d’odoriférant, la sauge, le cèdre, le tabac, ainsi qu’un champignon odoriférant. Beaucoup de cantiques qui avaient déjà été traduit en cri, sont chantés avec l’accompagnement d’instruments et des tambours traditionnels. Le programme religieux comprend des veilles dans la tradition autochtone pour honorer les défunts, une fête de Noël annuelle pour les enfants de toute la communauté, des festivals de musique et de danse, et des festins. Le Edmonton Inner City Children’s Project Society organise ses activités en conjonction avec celles de la paroisse.

Depuis que cette église a été désignée comme paroisse amérindienne, les objets d’art qui l’adornent reflètent cette culture. Le site web de l’église paroissiale identifie les objets d’art suivants : « Le chemin de la Croix » par Sheldon Meek; un tableau lacustre dans le baptistaire; une peinture murale qui dépeint la vie cosmique de Jésus Christ, et des grands tableaux comme « La danse de l’aigle » par Rob (Shoe) Glenesk. Ce ne sont que quelques œuvres d’art qui inspirent la méditation….   L’esprit accueillant de l’Église du Sacré-Coeur des Peuples Indigènes est symbolisé par l’aquarelle de Mel Heath, « On the Ledge » (Sur la corniche) sur laquelle un pigeon se réfugie sur la corniche d’une fenêtre de l’Èglise du Sacré-Cœur, jusqu’à l’instant où reprendra son envolée. L’ancienne tradition « d’accueillir l’étranger » est bien vivante à Sacred Heart”2

La paroisse s’active aussi à l’organisation d’un pèlerinage annuel au lac Sainte-Anne, un évènement qui se déroule tous les ans depuis 1889.

Sources bibliographiques:

City of Edmonton, ABORIGINAL EDMONTON: A Statistical Profile of the Aboriginal Population of the City of Edmonton, December, 2005 http://www.edmonton.ca/city_government/documents/CityGov/AbEdPresentation.pdf

Sacred Heart Parish of the First Peoples Website, http://www.sacredpeoples.com,   retrieved May 7, 2009.

Gilles Cadrin, “Nation et Religion, l’Établissement des Paroisses “Nationales” d’Edmonton,’ in Écriture et Politique, les actes du septième colloque du Centre d’études franco-canadiennes de l’Ouest tenu à la Faculté Saint-Jean, Université de l’Alberta, les 16 et 17 octobre, 1987, eds. Gratien Allaire, Gilles Cadrin, Paul Dubé (Edmonton, Alberta: Institut de recherche de la Faculté Saint-Jean, 1989), pp 173-183.

1. ABORIGINAL EDMONTON: A Statistical Profile of the Aboriginal Population of the City of Edmonton, December, 2005, p 1, retrieved May 6, 2009. http://www.edmonton.ca/city_government/documents/CityGov/AbEdPresentation.pdf

2. Sacred Heart Parish of the First Peoples Website, http://members.shaw.ca/rhythm1/sacred/history.html,   retrieved May 7, 2009.


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Missionary Oblates in Western Canada, visit Peel’s Prairie Provinces.

Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved