hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:27:51 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

This Site
The Encyclopedia

Soeurs de l'Assomption de la Sainte-Vierge

Les Soeurs de l’Assomption de la Sainte Vierge viennent dans l’Ouest canadien en 1891 à la demande de Mgr Vital Grandin du diocèse de Saint-Albert, et prennent la charge de l’école indienne du lac d’Oignon, SK1. Cette congrégation religieuse n’est pas étrangère à l’Ouest canadien puisque leur fondateur, l’abbé Jean Harper avait accompagné Mgr Provencher dans ses missions de la Rivière-Rouge de 1822 à 1831. La communauté qui est fondée en 1853, était établie dans plusieurs diocèses au Québec lorsqu'elle accepte d’envoyer de ses membres dans l’Ouest. Après quelques années au lac d’Oignon, c’est à Battleford que l’on demande des religieuses, et en 1899, à la demande du p. Albert Lacombe, elles acceptent de venir à Saint-Paul-des-Métis pour s’occuper de l’école pour les enfants de la communauté. Elles recevront chacune 50$ de salaire par an.

Aucun chemin de fer ne rejoint Saint-Paul-des-Métis à l’époque, les sœurs doivent descendre la rivière Nord-Saskatchewan en radeau, un voyage de deux jours avec les nuits passées sous la tente, descendre et se rendre à la mission du lac la Selle, et ensuite se rendre à la colonie par une mauvaise route. L’école-pensionnat qui est en construction lors de leur arrivée ne sera terminée qu’en avril 1903, mais en 1901, il y a déjà 90 étudiants et une centaine en 1902. Mais la grande bâtisse à trois étages est incendiée le 10 janvier 1905, les neufs religieuses et les enfants s’échappent de justesse; une jeune fille perd la vie dans le brasier.

St. Albert - Daughters of Joseph, 1938. (OB1959 - Oblate Collection at the PAA)La communauté de Saint-Paul-des-Métis survivait difficilement avant l’incendie, mais après ce fut le découragement total, pour le clergé gestionnaire et pour les métis qui acceptent le démantèlement de la colonie, mais les religieuses restent, car des colons canadiens-français arrivent. C’est ainsi que les Sœurs de l’Assomption deviendront les institutrices pour les enfants des cultivateurs qui s’installent dans les quatre cantons de l’ancienne colonie.

Ressources

(1) Alice Mignault, Cent ans d’Espérance, les Soeurs de l’Assomption de la Sainte Vierge dans l’Ouest canadien, 1891-1991, Éditions S.A.S.V., Nicolet, 1991.


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Missionary Oblates in Western Canada, visit Peel’s Prairie Provinces.

Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved