<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:50:13 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Musée virtuel du Canada La mise en place du Traité 8 dans le Nord-Ouest du Canada
AccueilPlan du siteChercherNous rejoindreLe projetLa gallerieAide
Le contexte

Le Traité numéro huit

   
Filles Esclaves Les habitants de ce qui devient la région du traité no 8 mènent une vie passablement simple et s'intéressent moins à un traité que leurs voisins. La région comprend presque tout le Nord de l'Alberta, le Nord-Ouest de la Saskatchewan, le Nord-Est de la Colombie britannique et une partie des Territoires-du-Nord-Ouest. On y retrouve deux grandes familles linguistiques, les langues algonkiennes (crie) et athapascanes (na-déné). Chaque bande a son propre territoire et un mode de vie basé sur les conditions régionales. Les Cris ont tendance à chasser et à piéger dans une région jusqu'au point qu'ils ont décimé le gibier et, ensuite, de se déplacer, tandis que les Dénés sont plus sédentaires, etChef de Castor généralement se fixent à un seul endroit. En arrivant dans cette région en 1899, les commissionnaires du traité s'attendent de trouver un peuple primitif vivant en autarcie. Ils ont dû être passablement surpris de constater que les peuples des premières nations s'habillent à la mode européenne et ont adoptés quelques traditions européennes.

Typiquement dans cette région, le peuple n'est pas représenté par un personnage central ou un chef. Tout commandement se fait à l'intérieur des bandes et n'est pas décidé par l'héritage. De plus, à cause de la nature éparpillée des bandes, le temps nécessaire pour obtenir l'adhésion au Traité no 8 se prolonge considérablement.

KlondikersDurant les années 1880, les missionnaires catholiques et anglicans protestent contre les politiques de non assistance du gouvernement fédéral et ils réussissent à gagner l'appui du grand public. On commence à connaître la situation lamentable des peuples des premières nations, et l'aide du gouvernement, en forme de dons financiers, se fait sentir. Les peuples des premières nations de la région du traité no 8, par contre, sont satisfaits de leur autonomie.

La décennie de 1890 est la période où les richesses des ressources naturelles de cette région du Nord commencent à devenir évidents. Tandis que le pays de la Rivière-la-Paix recèle de réserves pétrolières, la ruée vers l'or du Klondike attire l'attention sur les ressources minérales du territoire du Yukon. Si les premières nations semblent assurées de leur avenir, les effets croissants de la ruée vers l'or et l'affluence de mineurs, combiné avec les ressources minérales et le grand potentiel en agriculture du nord de l'Alberta fait qu'un traité devient de plus en plus désirable pour le gouvernement. Des pourparlers sont initiés pour délimiter les régions pétrolières, pour construire des chemins de fer et des oléoducs dans la région du traité no8. Par le traité le gouvernement pouvait arrêter toute réclamation des autochtones à la terre, tout en imposant leurs propres lois et code civil sur les peuples des premières nations, en se réservant les meilleurs terres et tout ce qu'elle produisent. [suivre]

Tiré de Vision Quest: "Oti nekan", Treaty 8 Centennial Commemorative Magazine avec la permission de Tanner Young Marketing Ltd., Traduction de Juliette Champagne.