<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:52:55 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Métis dans l'Ouest du Canada: O-Tee-Paym-Soo-Wuk

  Accueil   |   Info   |   Nous Rejoindre   |   Partenaires   |   Plan du Site  

Les débutsLe peuple et leurs communautésCulture et mode de vie
Libre échange à la rivière Rouge

Page 1 | 2 | 3

Comme 200 à 300 hommes métis armés étaient présents dans la salle, on pouvait s’attendre à ce que le procès se termine comme il s’est achevé, par la remise en liberté des hommes, et pour la communauté, la rupture du monopole. Mais après quatre ans de pression constante, non seulement à « Red River », mais en Angleterre, le résultat de ce procès marqua un point de transition. À « Red River » et dans la région, le monopole était rompu. Les Métis pouvaient dorénavant vendre leurs fourrures au meilleur prix. Un écrivain a découvert que les ventes de fourrures de St-Paul étaient passées de 5 000$ en 1845 à 40 000$ en 1855.5

Cependant, à l’intérieur des terres, la compagnie est demeurée en mesure de contrôler. Les officiers de la HBC ont même réprimandé les missionnaires qui s’étaient procuré des fourrures pour leur propre usage. Toutefois, les hommes libres qui vivaient loin des commerçants ne pouvaient pas être punis. Ils vivaient, comme ils l’avaient toujours fait, échangeant entre eux et les Premières Nations, et parfois avec la compagnie pour les produits du pays qu’elle désirait.

En regardant les livres d’histoire de la communauté, il est possible de nommer quelques individus qui géraient de petits postes de commerce ou qui faisaient partie du vieux commerce. Les personnes suivantes ont été repérées dans le livre de Dr. Anne Anderson, The First Metis . . A New Nation.


• Narcisse Beaudry est né à Lac Ste-Anne en 1847. Ses parents étaient Joseph Beaudry, né en 1809, et son épouse Lizette Ladoceur de Lac la Biche. Il épousa Lucy Breland, petite-fille de Cuthbert Grant. Ils déménageaient à St-Albert après la rébellion de Riel en 1870, où Narcisse a construit une maison de bois rond de deux étages d’où il a opéré un poste de commerce des fourrures jusqu’à 1887.

• Joseph Belcourt Jr. est né à Lac Ste-Anne en 1823. Ses parents étaient Joseph Belcourt, né en 1802. et son épouse Cattherine L’Hirondelle. Il a travaillé comme commerçant de fourrures, comme chasseur et trappeur. Il a vécu sur la vieille ferme appartenant à ses ancêtres, à l’est de Sturgeon River.

• Henry Cunningham est né en 1868 à Fort Edmonton. Ses parents étaient John Cunningham et Rosalie L’Hirondelle. John avait travaillé comme commis de maître poste à Fort Edmonton. Henry a épousé Mary Rowland en 1895. Il déménagea sa famille à « Wabasca Lake » afin de travailler pour « Revillon Freres » comme commerçant de fourrures. Il ramena éventuellement sa famille à St-Albert.

• Colin Fraser, le cornemuseur de Sir George Simpson, venait du vieux commerce des fourrures, où il avait commercé tout comme il avait joué de la cournemuse. Il épousa Nancy Beaudry et s’installa à Ste-Anne. Colin Fraser jr., né en 1847 à « Jasper House », épousa Flora Rowland à Fort Chipewyan et ils déménageaient à Fort St-James où il était commerçant, trappeur, pionnier, aventurier et officier en chef du magasin de la HBC.

• Il y avait un autre commerçant Fraser, soit Fred R. Fraser, que je crois être le fils de Colin Jr. En 1893, il déménageait à Fort Chipewyan et était propriétaire des magasins de McKay, Fitzgerald, Resolution, Rae et Fond du Lac. Plus tard, avec son frère, il démarrait une entreprise de plomberie à Edmonton.

• Un Hodgson, d’une famille de constructeurs de bateaux, est devenu commerçant. Il s’agit de John Hodgson qui a épousé Margaret Atkinson en 1898. Il commerça durant leurs premières années puis s’installa en agriculture.

• Même Even Malcolm Norris, né en 1900 et un grand politicien métis a travaillé comme commerçant. Il a travaillé au poste de la HBC à « Fort Vermillion » en 1919 et est devenu l’assistant du maître poste. Malheureux de la façon dont les Premières Nations étaient traitées, il a créé son propre poste à « Slave Lake ». Ils sont demeurés dans cette région, où il a réussi comme trappeur et commerçant.

• Au Sud, entre « Battle River » et « Buffalo Lake », existait une branche de la famille Whitord. Donald et Francis opéraient comme commerçants pour la HBC, parfois à « Boss Hill », parfois à « Hobbema ».

[Haut] [Retour]

Liens Rapides

Concurrence et union (1821)/Sept-Chênes

Le libre-échange et la rivière Rouge

La bataille du Grand Coteau

Gouvernement provisoire (1869-1870)

Acte du Manitoba

Traité indiens 

Post 1886: Rupture et dérive

Troubles politiques (années 1870 et 1880)

Rébellion du Nord-Ouest (1885 et après)

Heritage Community Foundation The Alberta Online Encyclopedia The Alberta Lottery Fund

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Métis Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved