<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:53:01 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Métis dans l'Ouest du Canada: O-Tee-Paym-Soo-Wuk

  Accueil   |   Info   |   Nous Rejoindre   |   Partenaires   |   Plan du Site  

Les débutsLe peuple et leurs communautésCulture et mode de vie
Traités indiens

Page 1 | 2

Au nom du gouvernement impérial, le gouvernement canadien avait promis de négocier avec les Premières Nations pour abolir leur titre aborigène et faire des réserves pour leur usage exclusif. Le plan du gouvernement pour préparer le nouveau territoire pour l’immigration, incluait une stratégie particulière pour abolir pacifiquement le titre aborigène de toute la région en faisant des traités avec les Premières Nations dans lesquels celles-ci renonçaient à leur réclamation pour la terre en retour d’un territoire protégé et de certains cadeaux et services à perpétuité du gouvernement.

Les nombreux traités de l’Ouest étaient précédés de traités pour du terrain en Ontario et les premiers traités pour la paix et l’amitié dans les Maritimes. À ce moment là, les Européens (incluant les Euro américains et les Canadiens) ne croyaient pas que les Premières Nations possédaient la terre comme nations mais l’utilisaient simplement pour la chasse et la pêche. Cette croyance était le fondement des nombreux traités. Au point de vue du gouvernement, les traités octroyaient des privilèges à apprécier, au plaisir de la Couronne. Au point de vue des Premières Nations, les traités protégeaient les droits. Ces traités commençaient avec le Traité Un en 1871 et prenait fin avec le Traité Onze en 1921.

Le premier commissaire indien, M. Wemyss McKenzie Simpson, était nommé en 1870. Il organisait les Traités Un et Deux avec les Nations Ojibwa et Swampy Cris qui vivaient au bas Manitoba en 1871. Il était accompagné du lieutenant – gouverneur du Territoire du Nord-ouest Adams G. Archibald et de l’honorable James McKay. Les mêmes individus étaient en place pour organiser le Traité Trois mais après avoir rencontré les Premières Nations au Fort Frances en 1872, ils réalisaient que ceux-ci n’étaient pas prêts à accepter le traité. Ils l’ont reporté à l’année suivante et envoyaient le nouveau commissaire indien, Lieutenant Colonel Provencher ainsi que le nouveau lieutenant –gouverneur, l’honorable Alexander Morris. Ils étaient accompagnés de l’honorable James McKay. À la fin de septembre 1873, ils rencontraient les Premières Nations au nord-est de « Lake of the Woods » et après ce que Morris désignait des « négociations prolongées et difficiles » on réussit à organiser le traité. Ce traité devint le modèle pour les Traités Quatre à Sept, puisque les Premières Nations devenaient familières avec les concessions octroyées à l’intérieur de ces traités.

Généralement, ces traités comprenaient :

• Des réserves basées sur 640 acres (259 hectares) pour une famille de cinq
• Une gracieuseté de $12
• Une rente annuelle de $5 par personne
• Pour les chefs, un set de vêtement par trois ans, $25 par année, un officier subordonné recevait $15
• Chaque chef recevait aussi un drapeau et une médaille
• Le droit de continuer de chasser et de pêcher
• $1500 annuellement pour des munitions et de la ficelle pour les filets à pêche
• Un ensemble de base d’équipement pour l’agriculture et des provisions
• Scolarisation fournie
• Défense de vendre de l’alcool dans la réserve

Un élément de ce traité était différent, soit l’inclusion de certains Métis qui formaient une partie de la communauté des Premières Nations. Les Premières Nations impliquées dans les Traités Quatre et Six exigeaient également que certains de leurs « cousins » soient inclus. Ottawa répondit en amendant le décret indien en 1880 pour exclure les « demi-sang » des provisions du décret et des traités.

Les enregistrements des négociations de traité révèlent que dans ces réunions, les commissaires adoptaient le même protocole qui était suivi durant les cérémonies de troc. Ces cérémonies étaient basées sur les cérémonials des Premières Nations. Par exemple, fumer la « pipe de la paix » comme était la coutume durant les cérémonies de traité signifiait une promesse devant le Créateur.

Un autre élément dans les négociations de traité qui étaient adapté du commerce des fourrures était l’utilisation de personnes métisses de confiance comme interprètes et témoins. Le Traité Quatre incluait le commandant de la HBC William Christie en place d’honneur, juste au-dessous des commissaires. Ce Traité avait été interprété par Charles Pratt qui a également signé comme témoin tout comme les membres suivants : Pascal Breland, Edward McKay, Charles Pratt, Pierre Poitras, Baptiste Davis, Pierre DeNommé, Joseph McKay, et Donald McDonald. Le Traité Cinq était une fois de plus interprété par l’honorable James McKay, assistant Alexander Morris à organiser un traité avec le peuple du nord du Manitoba.

[Haut] [Retour]

Liens Rapides

Peter Erasmus

Heritage Community Foundation The Alberta Online Encyclopedia The Alberta Lottery Fund

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Métis Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved