<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:53:05 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Métis dans l'Ouest du Canada: O-Tee-Paym-Soo-Wuk

  Accueil   |   Info   |   Nous Rejoindre   |   Partenaires   |   Plan du Site  

Les débutsLe peuple et leurs communautésCulture et mode de vie
La rébellion du Nord-Ouest (1885 et après)

Page 1 | 2

Le 26 mars 1885, répondant à la rumeur que la police montée déménageait, les forces métisses, sous le commandement de Gabriel Dumont, s’engageaient dans une escarmouche non planifiée avec le superintendant de la police montée L.F. Crozier et des volontaires à « Druck Lake ». La police fut surprise et complètement déroutée.

Le 27 mars 1885, la police montée du Nord-ouest abandonnait le Fort Carlton (le brûlant accidentellement en le quittant) et se retirait à St-Albert. Le jour suivant, des nouvelles de « Duck Lake » frappaient l’Est du Canada. Le gouvernement fédéral créait une « Canadian Militia Force ». À l’intérieur de deux semaines, trois colonnes du « Northwest Field Force » était en marche et s’acheminait vers l’Ouest (insérer une photo des troupes NW reb).

Le 31 mars 1885, le conseil du gouvernement provisoire de la Saskatchewan déménageait les forces métisses à Batoche. Ils construisirent un système défensif de tranchées et de fosses de tir autour de Batoche. Le 24 avril 1885, Gabriel Dumont et ses scouts rencontraient la colonne de Middleton à « Fish Creek ». Les soldats métis, se bataillant dans une coulée, depuis les sentiers de vache tinrent toute la journée, la plus importante colonne armée, s’encourageant en chantant. Gabriel Dumont servait une partie importante dans cette action militaire. « Fish Creek » fut leur meilleure bataille.

Le 9 - 12 mai 1885 marquait la bataille de Batoche. Middleton vainquit les forces métisses durant une bataille de trois jours. À la fin, les Métis n’avaient plus de munition et tiraient des clous, etc. ce qu’ils pouvaient trouver. La « Canadian Militia » s’avérait trop nombreuse et trop bien équipée pour l’armée de Dumont qui s’écroulait le 12 mai 1885 après une bataille de quatre jours près de Batoche.

Le 15 mai 1885, Louis Riel se rendait et était transporté à Regina pour son procès. Après un certain temps, le 6 juillet 1885, Riel était formellement accusé de haute trahison. Son procès dura du 20 juillet au 1er août 1885. Un juré de six membres de pionniers blancs jugeait Riel et le trouvait coupable de trahison. Le 18 septembre, le juge Hugh Richardson condamnait Riel à la pendaison. Le 24 juillet 1885, Willian Henry Jackson était déclaré non coupable en raison d’insanité. Jackson était envoyé à un asile pour lunatiques au Manitoba. Le 14 août 1885, un nombre de Métis impliqués dans la rébellion plaidaient coupables pour trahison criminelle et reçurent une sentence allant de un à sept années de prison.

Le 9 septembre, la cour du Manitoba du banc de la reine rejetait le rappel de Riel. Le 22 octobre, le comité judiciaire du conseil privé se déclarait contre le rappel de Riel. Finalement, le 9 novembre, la commission médicale créée pour examiner la condition mentale de Riel, soumettait son rapport au Premier ministre. La commission était divisée sur la santé mentale de Riel. Le cabinet décidait de procéder avec la sentence de mort (insérer la photo du procès de Riel).

Le 16 novembre 1885, Riel était pendu à Regina.1

Dumont évita d’être capture en fuyant aux États-Unis où en 1886, il acceptait une offre pour démontrer son marksmanship en performant au Buffalo Bill Cody's Wild West Show. Après des visites au Québec (où il dictait ses mémoires en 1889), Dumont retournait à son domicile près de Batoche où il vécut jusqu’à sa mort en 1906.

La plus grosse différence entre 1870 et 1885 était le changement au gouvernement canadien. La première action n’était pas une rébellion parce qu’elle se fit à un moment où il n’y avait pas de gouvernement légal sur le territoire. La HBC avait laissé sa position de gardien et le gouvernement canadien n’assumait pas encore son rôle. En 1885, le gouvernement canadien non seulement assumait son rôle mais était au milieu d’un plan qui unirait le pays au complet, d’un océan à l’autre, et plusieurs hommes riches avaient vidé leurs poches pour s’assurer que ça arriverait. Les Métis ne comptaient pas, sauf s’ils contrecarraient ce rêve.

[Haut] [Retour]

Liens Rapides

Concurrence et union (1821)/Sept-Chênes

Le libre-échange et la rivière Rouge

La bataille du Grand Coteau

Gouvernement provisoire (1869-1870)

Acte du Manitoba

Traité indiens 

Post 1886: Rupture et dérive

Troubles politiques (années 1870 et 1880)

Rébellion du Nord-Ouest (1885 et après)

Heritage Community Foundation The Alberta Online Encyclopedia The Alberta Lottery Fund

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Métis Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved