<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:35:49 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

This Site
The Encyclopedia

Biographies

R.P. Albert Lacombe, OMI, Nov. 1911. (OB3146 – Collection Oblate aux Archives Provinciale de l’Alberta)Lacombe, Albert (Nov.1911)

LACOMBE, Albert, né à Saint-Sulpice, Québec, le 28 février 1827, d'Albert Lacombe et d'Agathe Duhamel; décédé à Midnapore, Alberta, le 12 décembre 1916.

Albert étudia au collège de L'Assomption, puis fut ordonné prêtre à Saint-Hyacinthe, le 13 juin 1849, par Mgr Ignace Bourget, évêque de Montréal. Le jeune prêtre prit immédiatement la route de l'Ouest canadien et travailla à Pembina, North Dakota (1849-1851) avec l'abbé Georges Belcourt, puis rentra à Montréal et fut nommé vicaire à Berthier (1851-1852).

En mars 1852, il offrit ses services à Mgr Alexandre Taché, o.m.i., nouvel auxiliaire de l'évêque de Saint-Boniface, et le suivit à la Rivière- Rouge. Il ne devait plus quitter l'Ouest et travailla toute sa vie dans les diocèses de Saint-Boniface et de Saint-Albert où il fut vicaire général des deux évêques.

En 1852, l'abbé Lacombe se rend à Edmonton et passe une partie de l'hiver (1852-1853) au milieu des Cris et des Métis à Lac-La-Biche, puis hiverne au Fort Edmonton [Fort-des-Prairies ou Saint-Joachim]. En 1853, il s'installe à Lac-Sainte-Anne, puis, en 1855, entreprend un long voyage qui le conduit au Petit-Lac-des-Esclaves [Grouard] et à la Rivière-la-Paix.

Ilcommence son noviciat à Lac-Sainte-Anne, le 29 mai 1855, et fait profession perpétuelle le 28 septembre 1856.

En 1858, il fonde la mission de Saint-Joachim au Fort Edmonton puis, en 1861, il fixe avec Mgr Taché, l'emplacement d'une nouvelle mission: Saint-Albert, Alberta, qui porte son nom.

En 1863 il quitte la mission de Lac-Sainte-Anne où il réside depuis 1853 et se transporte à Saint-Albert et, en 1864, il reçoit la mission d'évangéliser les Cris et les Pieds-Noirs. C'est ainsi qu'il parcourt la Prairie de 1865 à 1872. En 1865, le père fonde la colonie de Saint-Paul des Cris [Brosseau], Alberta, ce qui devient le premier essai de colonisation chez les Indiens de l'Ouest. En même temps, il agit comme pacificateur dans les guerres entre Cris et Pieds-Noirs. Il a aussi ouvert, en 1863, le premier moulin à farine à Saint-Albert, le premier à l'ouest de Winnipeg, et a tracé un chemin de charettes de la Rivière-Rouge à Saint-Albert. Il construit également un pont sur la rivière Esturgeon en 1862, le premier dans le pays. Il visite le Fort-de-Ia-Montagne [Jasper] au moins en 1865, 1866 et 1871.

Lorsqu'une épidémie de petite vérole se déclare en 1871, il est nommé membre du bureau de santé des Territoires du Nord-Ouest pour la région de la plaine. L'année suivante (1872), il devient vicaire général de Saint-Albert, puis, en 1873, il représente Mgr Taché au chapitre général des Oblats.

A son retour, il est nommé curé de Sainte-Marie de Winnipeg [Fort Garry] et chargé de la colonisation au Manitoba. Il est cure de la paroisse (1874-1876, 1878-1880).

A la demande de Mgr Taché, il se rend dans l'est du Canada et aux États-Unis (1875) pour commencer son travail de colonisation. En 1879, il est encore délégué de Mgr Taché au chapitre général des Oblats, puis nommé vicaire général de Saint-Boniface (1879). De 1880 à 1882, le père s'occupe des ouvriers employés à la construction du chemin de fer Canadien Pacifique avec quartier général à Kenora [Portage-du-Rat, Rat Portage], Ontario.

En 1882, il quitte Winnipeg pour le diocèse de Saint-Albert et prend charge du district de Calgary, où il est supérieur (1882-1886) et premier curé de la ville naissante (1883). En 1884, il fonde et deviant principal de l'école indienne de Dunbow [De Winton, High River], Alberta, qu'il a obtenue du gouvernement fédéral (1883). La même année (1883), il sert d'intermédiaire entre le Canadien Pacifique et les Pieds-Noirs qui s'opposent au passage du chemin de fer sur leur réserve. Le succès des négociations lui vaut, en 1885, lorsque le premier train se rend à Calgary, de devenir, durant une heure, président de la puissante compagnie dont il bénéficiera des largesses jusqu'à sa mort.

A partir de cette époque il réside habituellement dans la region de Calgary, bien qu'il soit souvent sur la route pour accomplir diverses missions qui lui sont confiées par le gouvernement ou ses supérieurs ecclésiastiques. Il est principal à Dunbow (1884-1885), d'où il visite Pincher Creek en 1884, Okotoks (1885) et Medecine Hat (1883). Il habite ensuite à Fort MacLeod (1887-1889) et à Calgary (1883 - 1886, 1893, 1897).

En 1885, il joue un rôle important dans la pacification d'un grand nombre de tribus indiennes, èn particulier les Pieds-Noirs, lors de la rébellion, et cela à la demande expresse du premier ministre du Canada. Chargé du district des Pieds-Noirs, il réside tantôt à Fort MacLeod, tantôt à Pincher Creek (1884 -1885, 1889 -1898). En 1893, il ouvre un hôpital à Blood Reserve [Stand Off ou Cardston], puis une école en 1898. Il fait également partie du Board of Education des Territoires du Nord-Ouest (1886-1892). Il est aussi curé de Saint Joachim d'Edmonton (1894-1897), construit une chapelle à Strathcona [Edmonton] (1895) et joue un rôle de premier plan dans la question des écoles de l'Ouest à cette époque.

Le père s'intéresse ensuite particulièrement à la fondation de sa colonie métisse de Saint-Paul-des-Métis (1895-1905), puis accompagne la commission gouvernementale chargée de faire des traités avec les Indiens de l'Athabasca et de la Rivière-la-Paix (1899), puis en 1900 et en 1904, il se rend en Autriche, où il rencontre l'empereur François- Joseph, et en Galicie, dans l'intérêt religieux des Galiciens du Canada.

En 1902-1903, il est encore chargé de Calgary, tandis qu'en 1904, on le trouve à Pincher-Creek, qu'il appelle son «Ermitage Saint-Michel» où il demeure de longues années. Cependant, il est directeur de Medicine Hat en 1905. Il assiste encore au chapitre général de 1906, puis au concile plénier de Québec (1909) et s'occupe de l'organisation d'un hospice pour vieillards à Midnapore, le Lacombe Home, où il réside (1909-1916).

Les Indiens de toutes les tribus qui le vénéraient comme l'un des leurs, non seulement comme leur père, mais comme leur frère, comme le disait si bien le chef Pied-Noir Crowfoot, l'ont surnommé l'Homme au bon coeur, tandis que les fidèles de Calgary l'appelaient «notre vieux connaissant. »

Plusieurs entités géographiques, un grand nombre de monuments, dont le Château-Lacombe à Edmonton, et de sites historiques portent le nom du père Lacombe.

Il a été inhumé dans la crypte de l'église de Saint-Albert.1

Remerciement

Reproduit avec la permission des Archives Deschâtelets et de l’éditeur Gaston Carriere, o.m.i., Dictionnaire des Oblats de Marie Immaculée au Canada, tome II (Ottawa: Éditions de l’Université d’Ottawa, 1979), pp 219-21.

Ressources

1. Paul-Emile BRETON, o.m.i., Le Grand Chef des Prairies... , Edmonton, Editions de l'Ermitage, 1954, 232 p.; Paul-Emile BRETON, o.m.i., The Big Chief of the Prairies, [Montréal], Palm Publishers, [1955], 145 p.; Soeur de la Providence, Le Père Lacombe... , Montréal, Le Devoir, 1916, xv-547 p.; Giovanni Battista LINGUEGLIA, Apostolo e Pioniere. P. Alberto Lacombe, o.m.i., ... Milano, Pontificio Instituto delle Missioni Estere, 1942, 135 p.; Katherine HUGHES, Father Lacombe. The Black Robe Voyageur, Toronto, William Briggs, 1911, xxi-467 p.; Josephine PHELAN, The Bold Heart. The Story of Father Lacombe. Toronto, MacMillan, 1956, 182 p.; J. A. MACLELLAN, The Black Robe Voyageur, in W. G. HARDY, The Alberta Golden Jubilee, [Toronto], McClelland and Stewart, Ltd., 1955, p. 96-101; Rev. Albert Lacombe, O.M.I., in M.-B. VENINI-BYRNE, From the Buffalo to the Cross, p. 379-381; Le Père AIbert Lacombe et le Pacifique Canadien, dans Missions .. , des ... Oblats de Marie-Immaculée, 70 (1936), p. 451-461; Gaston CARRIÈRE, o.m.i., Le cinquantenaire de la mort du père Albert Lacombe, in Etudes oblates, 26 (1967), p. 89-94; Gaston CARRIÈRE, o.m.i., Le père Albert Lacombe, o.m.i., et le Pacifique Canadien, dans Revue de l'Université d'Ottawa, 37 (1967), p. 287-321, 510-539, 611-638; 38 (1968), p. 97-131, 316-350; Le Père Lacombe est mort, dans L'Ami du Foyer, 12 (1916-1917), p. 100-101; Feu le R.P. Lacombe, O.M.I., dans Les Cloches de Saint-Boniface, 16 (1917), p. 6-9, 23-26, 147-150, 219-221, 224-230, 273-275, 303-304, 310-314; R.P. Albert Lacombe, 1827-1916, dans Missions ... des ... Oblats de Marie-Immaculée, 63 (1929), p. 412-419; Le Centenaire de naissance d'un missionnaire, dans Le Patriote de l'Ouest, 8 juin 1927; Le Centenaire de Naissance d'un Missionnaire, dans Missions .. des ... Oblats de Marie-Immaculée, 61 (1927), p. 744-752; Lacombe, Albert, dans Louis LE JEUNE, o.m.L, Dictionnaire général ... du Canada, vol. 2, p. 17-18; Howard Angus KENNEDY, Father Lacombe: Life and Works, Toronto, Ryerson Press, [1926], 32 p.; Lacombe, Albert, dans John J. DELANEY-James Edward TOBIN, Dictionary of Catholic Biography, p. 659; Johannes ROMMERSK1RCHEN, o.m.i., Lacombe, Alberto, dans Enciclopedia cattolica, vol. 7, p. 792; Lacombe.Albert, dans Encyclopedia canadiana, vol. 6, p. 38; Lacombe, Alberto, dans Dizionario cattolico, vol. 2, p. 572; Lacombe, Alberto, dans Enciclopedia ecclesiastica, vol. 5, p. 400; James G. MACGREGOR, Father Lacombe, Edmonton, Hurting Publishers, [1975], 350 p.; Gaston CARRIÈRE, o.m.i., Lacombe, Albert. dans New Catholic Encyclopedia, vol. 8, p. 305; Lacombe, AIbert, dans Norah STORY, The Oxford Companion to Canadian History and Literature, p. 420-421; Paul E. CRUNICAN, Father Lacombe's Strange Mission: The Lacombe-Langevin Correspondence on the Manitoba School Question, 1895-96, dans Canadian Catholic Historical Association, 26 (1959), p. 57-71; Gaston CARRIÈRE, o.m.i., Les relations amicales du Père Lacombe et de Lord et Lady Aberdeen, dans Etudes oblates. 39 (1971), p. 17-34; Victor BARBEAU-André FORTIER, Dictionnaire biographique du Canada français, p. 133; Lacombe, Albert, dans Henry James MORGAN, The Canadian Men and Women of the Time, Toronto, William Briggs, 1898, p. 549; Elie-J. AUCLA1R, Le Père Lacombe, dans La Semaine religieuse de Montréal, 68 (1916), p. 417-420.

<< Retour


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Missionary Oblates in Western Canada, visit Peel’s Prairie Provinces.

Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved