<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:51:31 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Époque préhistorique moyenne
(8 000-2 000 BP)

A selection of projectiles. Les pointes de projectile datant de cette période, souvent beaucoup plus petites que celles qui les ont précédées, indiquent à la fois une innovation technologique majeure et un important changement climatique à cette époque de l'histoire de l'Alberta. Elles portent également des encoches latérales près de leur base, ce qui suggère qu'elles étaient attachées à des hampes de bois plus petites. La plupart des archéologues pensent que ces pointes plus petites, qui vont de deux à cinq centimètres jusqu'à un ou deux pouces de longueur, étaient faites pour des javelots ou des petites lances au lieu des longues et lourdes lances des peuples de Clovis et de ceux qui les ont précédés. Ces javelots paraissant avoir été deux fois plus longs que des flèches et il est possible qu'ils aient été empennés de plumes ou d'autres matériaux pour leur conférer plus de précision. L'utilisation de ces traits indique par contrecoup que les gens vivant en Alberta à cette époque maîtrisaient l'usage de « l'atlatl », ou propulseur. Ils avaient probablement eu connaissance de cette nouvelle technologie au contact des peuples vivant dans ce qui est aujourd'hui l'est des États-Unis, ou ils l'avaient eux-mêmes importée en migrant vers le nord et l'ouest.

Points et contrepoids d'Atlatl.L'atlatl, ou propulseur, est un long outil de bois, d'os ou de corne, portant un crochet ou un arrêtoir à l'une de ses extrémités, pour maintenir une petite lance ou un javelot. Il avait pour fonction de rallonger le bras du chasseur et ainsi de lui permettre de lancer son javelot avec plus de puissance et une efficacité mortelle. Cela a sans doute révolutionné les méthodes de chasse, en permettant aux gens de chasser de plus grands animaux, plus efficacement, tout en restant prudemment à distance (voir illustration à gauche; cliquez pour l'agrandir).

Excavations à l'emplacement de Fletcher. Le second des grands changements de cette époque fut climatique. Il y a environ 9 000 ans, le climat de l'ouest de l'Amérique du Nord devint progressivement plus chaud et plus sec, atteignant un pic de chaleur et de sécheresse il y a 7 000 ans environ. Les scientifiques l'appellent la période hypsithermale ou altithermale. Il est possible que les conditions climatiques sèches et chaudes aient pu amoindrir la capacité des prairies de supporter les animaux herbivores. Par conséquent, les sites datant de cette époque se découvrent en général plus fréquemment dans les collines et les vallées des montagnes du sud de l'Alberta ou dans la moitié septentrionale de la province. Les archéologues nomment les pointes de projectiles d'après les sites où ils les trouvent, soit Boss Hill, Bitteroot et Mummy Cave. En Alberta, des pointes de ce type ont été découvertes dans des sites à proximité de Calgary, à Crowsnest Pass et dans les collines Cypress et Porcupine. Boss Hill, « colline-de-la-bosse », près du lac du Bœuf, permit une découverte majeure, celle où les pointes distinctives portant ce nom furent identifiées pour la première fois.

Hammerstones.Entre 5 000 et 4 000 ans avant nos jours, le climat de l'Alberta se fit moins chaud et moins sec, se rapprochant davantage des conditions actuelles. Les pointes de projectiles des sites de cette époque se modifient une fois de plus, reflétant peut-être des mouvements de population, ou bien des adaptations technologiques. Les archéologues les nomment les pointes Oxbow; ces dernières ont été découvertes dans différents sites à travers toutes les plaines et les zones boisées, jusqu'aussi loin au nord que le lac Wabasca et les montagnes Birche. De toute évidence, le peuple qui fabriquait ces pointes de projectiles s'était adapté à la vie dans de nombreux environnements différents, et d'autres objets découverts sur ces sites reflètent leur mode de vie sophistiqué. Les archéologues ont trouvé des vestiges de percuteurs (marteaux de pierre) et de foyers creusés qui suggèrent que ce peuple aurait pu faire du pemmican. Ils construisaient également des cercles de pierre avec monticule central - que l'on appelle des «cercles d'influence» (medicine wheels) de nos jours. L'archéologie démontre même qu'ils avaient domestiqué le chien et qu'ils organisaient des chasses au bison en commun en utilisant des lieux comme le saut de bison Head-Smashed-In.

Il y a 4 200 ans, un nouveau type de pointe de projectile apparut au sud de l'Alberta. Il s'agit des pointes McKean. Des variantes de ce type ont pris les noms de Duncan et de Hanna, bien que certains pensent qu'elles auraient pu être fabriquées par des groupes différents. Certains archéologues pensent que le peuple de McKeanCactus Flower excavation site. , qui venait du sud, aurait pu, en s'installant, repousser vers le nord l'ancien peuple d'Oxbow, ce qui expliquerait ainsi la présence de sites Oxbow au nord de la province. Plusieurs sites importants de l'époque McKean ont été découverts en Alberta, y compris le site de Cactus Flower près de Medicine Hat. Ce site présente dix niveaux d'occupation, dont sept renfermant du matériel McKean. Les archéologues interprètent ce fait comme un retour régulier du peuple de McKean à des campements de prédilection. Dans ce cas précis, ce site était idéal pour la chasse au bison et pour prendre en embuscade les troupeaux qui essayaient de traverser la rivière Saskatchewan Sud.

Pointes du lac Pélican. Les derniers groupes à faire leur apparition en Alberta au cours de la période préhistorique intermédiaire sont connus sous le nom des cultures de Besant et du lac Pélican. Encore une fois identifiés par leur nouveau type de pointes de projectiles, les sites renfermant ces dernières apparaissent il y a environ 3 300 ans. Certains archéologues pensent que la culture du lac Pélican descendait de la culture McKean, tandis que les pointes Besant étaient fabriquées par des descendants du peuple d'Oxbow. D'autres considèrent les pointes du lac Pélican en particulier comme la preuve de l'arrivée d'une nouvelle population au sud de l'Alberta. Les pointes du lac Pélican se découvrent en général en association avec des hécatombes de bison à grande échelle telles que celles que l'on découvre dans les sites de sauts de bisons. En plus de fabriquer de très belles pointes, les gens du lac Pélican commerçaient pour obtenir des coquillages, du cuivre et d'autres produits avec lesquels ils créaient des artefacts remarquables. Les sites de la culture du lac Pélican se découvrent à travers toutes les plaines et les zones boisées de l'Alberta, ainsi que dans les montagnes et jusque dans la forêt boréale. Les groupes utilisant les pointes du type du lac Pélican vivaient en Alberta jusqu'à il y a environ 2 000 ans.

Pointes Besant. Les pointes du type Besant paraissent quelque peu plus tardives et sont associées à trois innovations majeures qui inaugurent ce que les archéologues appellent la Période préhistorique tardive : le développement de la céramique et l'utilisation de l'arc et des flèches.

La période préhistorique tardive (2,000 - 250 AP or 0 à 1750 après J.C)

[précédent] [après] [de nouveau au dessus]

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the Aboriginal history of Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.