<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:51:58 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Traités - Aperçu

Carte des régions de traitésCarte des régions de traités

Biographies: Grand Ours, Corbeau rouge, Pied-de-corbeau, Poundmaker

Focus sur 1899 - Anniversaire de la signature du traité 8, tire de Alberta Heritage Online, par David Leonard.

Train de travail du Canadien Pacifique déchargeant des traverses au bout du rail durant la construction de la voie, ca. 1882 - 1883.En 1871 le gouvernement canadien commence une série d'ententes entre lui et les Premières nations de l'ouest et du nord du Canada. Entre 1871 et 1921, onze traités "numérotés" sont signés, couvrant la majorité des provinces des prairies, le nord de l'Ontario et quelques parties de la Colombie-Britannique, du Yukon et des Territoires-du-Nord-Ouest. Les traités majeurs affectant l'Alberta sont les traités 6, 7 et 8 - signés respectivement en 1876, 1877 et 1899.

En signant ces traits le gouvernement canadien croyait qu'il sécurisait le transfert des terres des Premières nations au gouvernement. En échange d'abandonner leur titre de propriété autochtone de la terre et autres droits, les membres des Premières nations devaient être compensés de paiements initiaux en liquide et d'annuités, ainsi que de réserves, d'assistance éducationnelle et agricole et autres bénéfices. Les chefs des Premières nations ont toujours prétendu que ces ententes étaient plus qu'un marché de biens réels. La majorité voit les traités comme des pactes solennels, même sacrés, qui représentent une entente pour partager les ressources et pour établir un cadre où les autochtones et non autochtones pourraient vivre ensemble dans les régions couvertes par ces traités.

Cairn, commémorant la signature du Traité 8Ces ententes demeurent à la fois importants vitalement et remarquablement contentieux. Jusqu'à récemment, le gouvernement canadien et les tribunaux ont eu tendance à voir les traités comme des contrats conventionnels, et les a interprétés seulement en termes de leurs textes écrits. Les membres des Premières nations ont également argumenté fortement que les textes des traités sont seulement une partie de l'histoire. Beaucoup d'autres problèmes ont été discutés qui ont trouvé des accords verbaux. Dans certains cas ce que les Premières nations comprenaient des traités n'était pas ce que le gouvernements et tribunaux prétendaient que le texte dit. De bien des manières, le débat sans fin dépasse l'esprit réel et l'intention de ces traités plutôt que les détails spécifiques de leurs clauses.

À l'époque de ces signatures de traits, le gouvernement canadien essaya aussi de faire un marché pour les terres et autres droits de gens d'origine mixte autochtone et euro-canadienne. En théorie, seules les personnes d'ascendance exclusivement autochtone étaient supposés être couvertes par les traités. Les gens d'ascendance mixte, les Métis, se voyaient offert ce que l'on appelait des «certificats des Métis» à la place. Les certificats des Métis permettaient à leur propriétaire de réclamer des quantités spécifiques de terres. Plus tard, ceci fut changé pour permettre aux propriétaires de ces certificats l'option de soit réclamer les terres ou de recevoir de l'argent liquide pour l'acquisition des terres. Bien vite, la plupart des certificats des Métis tombèrent entre les mains d'agents de spéculation de terres par contre, mais le programme reflétait, du moins en partie, la reconnaissance du gouvernement que les Métis avaient aussi des droits à la terre.

Pour lire les textes de "Heritage Trails" qui ont rapport à ce sujet, cliquez sur l'icône "Lire". Pour écouter, cliquez sur l'icône "Écouter".

[précédent] [après] [de nouveau au dessus]

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the Aboriginal history of Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.