<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:52:01 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Grand Ours, "Mistahimaskwa"
b. 1825 ca. d. 1888

Grand Ours, tandis qu'en prison après rébellion de Riel, 1885. (Archives nationales C-1873)

On ne connaît pas grand chose sur l'enfance de Grand Ours. Il est né vers 1825 près de Jackfish Lake (Lac du grand brochet), au nord de Battleford, d'un père chef d'une petite bande mixte de Cris et Ojibwés et sa femme qui était aussi membre de cette petite bande indienne. Il semble avoir grandi avec les bandes des Cris des plaines qui hivernèrent le long de la rivière nord Saskatchewan et qui chassaient le bison au sud chaque été. Les activités traditionnelles de la chasse et de conduite de guerre ont occupé la majorité de sa vie jusque dans les années 1870 qui ont vu l'arrivée de la Police à cheval du Nord-Ouest, les traités et le déclin des troupeaux de bisons. Il a commencé à s'établir comme leader assez tôt. En 1821, il est déjà le chef du peuple de Prairie River (rivière de la prairie) et, en 1874, il est à la tête d'un camp de 65 résidences. Son influence grandit de manière stable en tant qu'artisan de la paix, de diplomate et de leader puissant, atteignant son apogée à la fin des années 1870. Durant cette époque, il essaye de créer une confédération politique de bandes indiennes qui serait assez forte pour négocier librement et raisonnablement avec le gouvernement. Une grande partie de son temps, entre 1878 et 1880, le voit se déplaçant à travers l'ouest du Canada et les États-Unis afin d'essayer d'unir les bandes indiennes, tâche qui, à la fin, s'avèrera trop difficile pour réussir. Vers la fin de ses voyages, par contre, il focalise sur la création de l'unité parmi les Cris seulement. En dépit de ses efforts, le gouvernement a refusé bassement de négocier avec les assemblées jointes des bandes indiennes cries.

Big Bear, Cree Chief, 1886. Prison rentrée de montagne de Stoney. Les termes de chaque traité étaient identiques: Les Indiens devaient renoncer à leurs droits et revendications sur les terres de chasse pour en retour recevoir des parcelles de terres, ou réserves, de sommes payables en vertu d'un traité et de l'aide pour l'éducation, l'agriculture et la santé. Bien que Grand Ours rejoint les négociations du Traité no. 6 en 1876, il devient le premier chef important des prairies à refuser de signer le traité. Cependant, avec le rapide déclin des troupeaux de bisons et l'influx stable d'hommes blanc dans les prairies, les Cris, faisant face à la destitution et la famine, sont obligés d'accepter les traités. Finalement, à peine 6 années plus tard, Grand Ours concède et signe une adhésion au traité original.

Prisonniers de rébellion de Riel à la prison pierreuse de montagne, Manitoba en 1886. L-R rangée arrière: Father Albert Lacombe; Big Bear, Cree; Sam Bedson, Warden; Father Clouthier. Ses efforts sans fin pour créer une tribu unie de Cris dans l'espoir de créer une négociation plus équilibrée avec le gouvernement lui ont été peu bénéfiques. Il commence à perdre de l'influence auprès de la société des guerriers de sa bande en 1884, résultat à la fois du refus du gouvernement de négocier avec lui et des soucis politiques et économiques qui va mener à la rébellion de 1885. Résultat, il ne peut empêcher sa bande de se joindre à la résistance, bien qu'il continue de prôner pour une fin paisible du conflit. Comme Poundmaker, même s'il se faisait avocat de la paix, il est encore tenu responsable des actions de sa tribu durant la rébellion du Nord-Ouest, et lorsque cette dernière échoue, il est mis sous silence. Grand Ours capitule à Fort Carlton le 2 juillet 1885, et est envoyé en cour et condamné à trois ans d'emprisonnement. Il est relâché assez vite pour problèmes de santé et meut sur la réserve de Poundmaker en janvier 1888.

Grand Ours, à gauche, et Poundmaker, Chefs Cris. 1886.

Écouter les Chemins du patrimoine:

Pour écouter les Chemins du patrimoine , vous avez besoin du lecteur RealPlayer, disponible gratuitement sur le site de RealNetworks: Cliquez ici pour télécharger le RealPlayer de Real Networks.

135 - Traités, troisième partie, Traité 6
Sommaire: Alors que le traité 4 a été le premier à affecté la région qui est de nos jours l'Alberta, le traité 6 a eu un impact beaucoup plus grand. Écouter pour en savoir plus!

ou Lire les transcriptions:

135 - Traités, troisième partie, Traité 6
Sommaire: Alors que le traité 4 a été le premier à affecté la région qui est de nos jours l'Alberta, le traité 6 a eu un impact beaucoup plus grand. Écouter pour en savoir plus!

Courtoisie d'images du musée de Glenbow, de la galerie d'art, de la bibliothèque et des archives

[précédent] [après] [de nouveau au dessus]

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the Aboriginal history of Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.