<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:52:03 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Poundmaker, "Pitikwahanapiwiyin"
b. 1842 d. 1886

Poundmaker, chef Cri. 1885.

Poundmaker, "Pitikwahanapiwiyin", était, d'aspect et de culture, un Cri des plaines, et même s'il est né dans une famille de Cris des plaines proéminente vers 1842, sa mère était d'ascendance canadienne-française. Il a une enfance typique, apprenant l'art de la chasse et participant aux guerres inter-tribales quand il est assez âgé. Par contre, sa vie va prendre un tour dramatique quand, en 1873, il fait la rencontre de Pied-de-Corbeau, chef à la tête de la tribu des Pieds-Noirs. Même si les Cris et les Pieds-Noirs sont des tribus rivales, Pied-de-Corbeau est immédiatement frappé par la ressemblance de Poundmaker avec son fils décédé qui a été tué lors d'une attaque d'un campement cri. Il invite Poundmaker à rester avec les Pieds-Noirs à la traverse des Pieds-Noirs en tant que fils adoptif. À la suite de son retour dans sa propre tribu des Pieds-Noirs, Poundmaker voit son influence sur le chef de la tribu des Pieds-Noirs lui valoir un grand respect et statut. En 1876, Poundmaker devient homme de tête d'une des bandes des peuples de la Rivière et est assez influent pour discuter lors des négociations du traité no. 6 ayant lieu à Fort Carlton, Manitoba. À l'image de son père adoptif, Pied-de-Corbeau, Poundmaker est aussi un diplomate talentueux et un avocat de la paix. Cependant, il ne partage pas l'optimisme de Pied-de-Corbeau et la confiance de ce dernier envers les intentions gouvernementales, et est de ce fait très critique du traité. Malgré ses inquiétudes, il accepte de signer le traité, acceptant le don d'une réserve le long de la rivière Bataille.

Groupe de journalistes français visitant Poundmaker au pénitencier de Stony Mountain, Manitoba. 1886. Poundmaker, au centre; derrière lui en uniforme se trouve le gardien de prison Sam Bedson.En 1880, Poundmaker est maintenant chef et devient très actif dans la politique indienne. Il représente les Cris lors d'assemblées inter-tribales, est porte-parole auprès du gouvernement et, à l'occasion, est même guide et interprète pour le gouvernement. Malgré cela, la vie de son peuple dans les réserves est difficile. Dès le début, le gouvernement a échoué à réaliser ses promesses du traité. En 1883, il coupe ses rations envers les populations autochtones et le retard dans la livraison de vivres commence à déclencher la crainte parmi les communautés autochtones que le gouvernement essaye de les affamer. Quand, en juin 1884, une danse de la soif a lieu dans la réserve de Poundmaker pour discuter de la situation de plus en plus aggravante des indiens, près de 2000 personnes manifestant, rendant la Police à cheval du Nord-Ouest très nerveuse. La paix est seulement maintenue par les efforts de Poudmaker et de son collègue le chef cri Grand Ours ("Mistahimaskwa"). Grand Ours, à gauche, et Poundmaker, Chefs Cris. 1886. Photo prise au péitencier de Stoney Mountain. Mais les tensions demeurent vives. Le succès des Métis au lac des Canards a instillé de grandes craintes pour les agents du gouvernement. Quand Poundmaker, en mars 1885, essaye de négocier avec l'un des agents des affaires indiennes pour avoir des vivres, les négociations sont vouées à l'échec, et les Cris et les Stoneys commencent à dévaliser les maisons dans la région de Battleford. Malgré les tentatives de Poundmaker de réprimer de telles nuisances, les tensions sont trop fortes, et les Cris sont inspirés des victoires des Métis. Ces tensions prennent fin à Cutknife Hill en mai 1885 quand les autorités gouvernementales attaquent le campement de Poundmaker, déclenchant une bataille de sept heures. Cinq jours plus tard, les Métis sont vaincus par le gouvernement à Batoche et Poundmaker est emprisonné, malgré ses efforts continus pour éviter le bain de sang. Il est condamné à trois ans de prison, mais en a fait seulement un finalement, étant libéré tôt pour raisons de mauvaise santé. Quatre mois plus tard, alors qu'il rend visite à son père adoptif, Pied-de-Corbeau, dans la réserve des Pieds-Noirs, il est atteint d'une hémorragie pulmonaire et meurt.

Écouter les Chemins du patrimoine:

Pour écouter les Chemins du patrimoine , vous avez besoin du lecteur RealPlayer, disponible gratuitement sur le site de RealNetworks: Cliquez ici pour télécharger le RealPlayer de Real Networks.

27 - École résidentielle Poundmaker
Sommaire: Le Centre de traitement de l'alcool et des drogues de St-Albert a été une école résidentielle entre les années 1880 et 1960.

Ou lire les transcriptions:

27 - École résidentielle Poundmaker
Sommaire: Le Centre de traitement de l'alcool et des drogues de St-Albert a été une école résidentielle entre les années 1880 et 1960.

[précédent] [après] [de nouveau au dessus]

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the Aboriginal history of Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.