<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:52:41 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Peter Fidler

Illustration artistique de traiteurs naviguant sur les nombreuses voies navigables (les

Peter Fidler est né le 16 août 1769 à Bolsover (Angleterre) de James et Mary Fidler. C'est à Londres, durant le mois d'avril 1788, que Peter rejoint la Compagnie de la Baie-d'Hudson (CBH). Il est bientôt dépêché outremer à York Factory (Manitoba) pour travailler comme manoeuvre.

À tous les niveaux, Fidler est un individu exceptionnellement brillant et motivé qui devient un employé valorisé de la compagnie. La CBH démontre sa confiance à Fidler en le promettant rapidement à la position d'écrivain du journal de poste - position qu'il occupe tout d'abord à York Factory puis à la Maison Manchester House et la Maison South Branch respectivement.

Au printemps 1790, Peter Fidler déménage à Cumberland House où il suit une formation d'arpenteur sous la direction de Philip Turnor. Durant l'été de cette année, il fait partie d'une expédition qui doit localiser une nouvelle voie navigable qui relierait le Grand lac des Esclaves et le lac Athabasca. La CBH espère que la location d'une telle route leur donnerait un avantage dans leur bataille contre la Compagnie du Nord-Ouest (CNO) augmentant les affaires dans la région. Bien que l'expédition ne soit pas un succès, le long voyage de deux ans permet à Fidler d'affiler son talent d'arpenteur et de développer des relations cordiales avec les peuples des Premières nations locales. Durant cette période, Fidler hiverne avec les Chipewyans pendant deux saisons, où il étudie leur culture et aussi leur langue.

En 1792, Fidler retourne dans le Nord-Ouest pour aider la CBH à fortifier ses positions le long de la rivière Saskatchewan. Faisant de la Maison Buckingham son pied-à-terre, Fidler commence à arpenter la région, se déplaçant aussi loin que les montagnes Rocheuses et explorant la région de la rivière Saskatchewan nord. Lors de ces voyages, il développe de bonnes relations avec le peuple des Peigans et devient le premier Européen à enregistrer les interactions avec les Kootenays.

Débarcadaire Athabasca.En 1793, il retourne à York Factoty où il passe les deux années suivantes et où il épouse sa femme, Mary, une femme crie locale. Enthousiasmé par les nouvelles cartes que Fidler a fournies, les fonctionnaires de la Compagnie de la Baie d'Hudson à Londres ordonnent à Fidler de continuer son marquage de carte et il est envoyé dans de nouvelles expéditions. À partir de l'automne 1795, Fidler passe les sept années suivantes â être engagé dans le commerce tout en arpentant le Nord-Ouest. Il passe du temps à la Maison Cumberland, sur la rivière Assiniboine, et construit de nouveaux postes, incluant les maisons Carlton, Bolsover et Chesterfield au Saskatchewan, de même que la Maison Greenwich à Lac la Biche, qui est en compétition directe avec le Nord-Ouest David Thompson. C'est durant cette époque que Fidler, avec l'aide d'Akka Makkoye, un Siksika(Pied-Noir), créé sa fameuse carte du système de drainage du sud de l'Alberta, des montagnes Rocheuses et de la rivière Missouri.

Les postes établis par Fidler (avec ceux qui ont été construits plus au nord par William Auld) comptent aider à renforcer l'influence de la CBH sur le commerce du Nord-Ouest. La compétition entre la CBH et la CNO est féroce et souvent les deux compagnies construisent des postes rivaux adjacents l'un à l'autre, ce qui ne fait qu'amplifier les tensions. Quand Fidler construit la Maison Nottingham en 1802, sur l'île anglaise du lac Athabasca, celle-ci s'avère être trop près du fort Chipewyan de la CBH. En 1805, Samuel Black, le traiteur en chef du fort Chypewyan, commence à utiliser des tactiques impitoyables contre ses voisins, incluant le sabordage des canoës de la CBH, le sabotage de la chasse au gibier, la destruction des denrées, allant même jusqu'à tenter d'incendier la Maison Nottingham. Quand les efforts d'amener une trêve entre les deux parties échouent, Fidler et ses hommes abandonnent le poste et retournent dans la Baie-d'Hudson en 1806.

Les quatre années suivante, Peter Fidler passe la grande partie de son temps dans un environnement moins hostile, servant comme maître de poste à la Maison Cumberland pendant presque un an, puis retournant à l'arpentage eu marquage de carte - tout d'abord dans le nord de la Saskatchewan (lacs Reindeer et Wollaston), puis à travers la région du lac Winnipeg et la rivière Rouge du Manitoba. En 1870, la dernière série de cartes de Fidler lui vaut des éloges renouvelées et il est promu officiellement à la position d'arpenteur.

En automne 1812, Fidler devient le maître de poste de la Maison Bandon (Manitoba) et aide bientôt à attirer des homesteaders et arpente les lots riverains pour la colonisation de la colonie de la rivière Rouge de Lord Selkirk vouée à la ruine. En automne 1817, les problèmes qui ont tant marqué la vie professionnelle de Peter Fidler prennent fin. Il passe quatre ans comme traiteur en chef aux maisons Brandon et Dauphin Lake (Manitoba), mais durant l'été 1821, grisonnant et sa santé se détériorant, Fidler est rétrogradé au rang de commis. Il demeure à ce poste jusqu'à sa mort à la Maison Dauphin Lake le 17 décembre 1822.

Dans beaucoup de mesure, la vie de Peter Fidler a été réussie. Employé à long terme et farouchement loyal de la Compagnie de la Baie d'Hudson, il a été reconnu comme étant un homme à l'intelligence incisive. Tandis que les efforts de Fidler en tant que traiteur de fourrures ont été moins que remarquables, il a reçu des éloges en tant qu'explorateur accompli, arpenteur et cartographe. Jusqu'à aujourd'hui, Peter Fidler est reconnu comme étant le plus grand marqueur de carte de la période de la traite des fourrures dans le Nord-Ouest. Ses voyages l'ont amené aussi loin à l'ouest que les contreforts des montagnes Rocheuses de l'Alberta, et l'ont aidé à compiler et a créer des cartes qui allaient avoir un impact incroyable sur l'exploration et la colonisation de l'Ouest futures.

Écouter les Chemins du patrimoine:

Pour écouter les Chemins du patrimoine, vous avez besoin du lecteur RealPlayer, disponible gratuitement sur le site de RealNetworks: Cliquez ici pour télécharger le RealPlayer de Real Networks.

380 - Akka Makkoye, cartographe indien: deuxième partie

ou lire les transcriptions:

380 - Akka Makkoye, cartographe indien: deuxième partie

[précédent] [next] [de nouveau au dessus]

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the Aboriginal history of Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.