hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 19:29:47 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
spacer spacer spacer spacer spacer
spacer

Accueil  |  Info  |  Nous Rejoindre  |  Partenaires  |  Plan du Site  |  Archives  

spacer
Alberta's Francophone Heritage
les débuts, peuples et leurs communautés, Culture et mode de Vie, Heritage Community Foundation, Albertasource et Alberta Lottery Fund

 

Francophone Edukit

Angel Spacer
 

Search for people:



Henri Faraud

Henri Faraud fut témoin à plusieurs développements dans le Nouveau Monde et fut un missionnaire des Oblats de Marie l’Immaculée, un ordre connu pour leur travail dans les premiers jours de l’Ouest canadien avec la diplomatie, la langue et l’établissement d’écoles, d’hôpitaux et de missions.

Né à Vaucluse dans le sud de la France, Faraud a pris ses vœux perpétuels en 1844 après avoir fait ses cours classiques à un petit séminaire à Notre-Dames-de-Lumières à Goult, en France. Il n’avait pas terminé ses études théologiques lorsque Charles-Joseph-Eugène de Mazenod, évêque de Marseilles et fondateur de l’ordre des Oblats l’a envoyé aux missions canadiennes pour assister l’évêque Joseph-Norbert Provencher. Il arriva à Saint-Boniface, au Manitoba, en 1846 où il continua ses études et travaillait avec l’abbé George-Antoine Bellecourt pour se familiariser avec les coutumes et la langue des Ojibwa et des autres autochtones.

Au printemps de 1847, Faraud a pris ses voeux comme prêtre. Cet été-là, il prêcha aux Ojibwa à Wabassimong, Manitoba et à Prairie-du-Cheval-Blanc, Manitoba, mais il est éventuellement revenu à Saint Boniface.

L’année suivante, Faraud fut envoyé à Île-à-la-Crosse, en Saskatchewan, où il fit la rencontre du père Alexandre-Antonin Taché. En 1849, après avoir été nommé pour diriger les missions de la grande région du lac Athabasca, Faraud a fait le voyage de 1 200 km à Fort Chipewyan. Il fut le premier missionnaire catholique à visiter le Grand Lac des Esclaves, et a fondé La Nativité, la première mission catholique de la région.

Après 10 mois de faire du catéchisme seul, Faraud est revenu à Île-à-la-Crosse pour chercher son compatriote le père Taché. Il a plus tard retourné au nord et a établi une mission permanente à Fort Resolution dans les Territoires du Nord-Ouest, ainsi qu’une mission à Rivière-la-Paix. Lorsque Taché fut nommé évêque de Saint-Boniface en 1853, Faraud fut choisi comme un de ses conseillers.

En 1855, avec la recommandation de l’évêque Taché, Lac La Biche est devenue le centre de transfert de marchandise à travers les prairies et sur la rivière Athabasca pour servir les missions du Nord. La rivière Athabasca n’avait pas été utilisé pour le transport depuis que la Compagnie de la baie d’Hudson a perdu plusieurs canot et voyageurs dans les Grandes Rapides dans les 1830s, et chaque voyage était périlleux. Malgré cela, Taché a descendu la rivière en canot et fut satisfait que la rivière était navigable. Faraud a fait quelques voyages par canot mais a éventuellement choisi les bateaux York fabriqués à la mission qui étaient plus grands et plus solides. Plusieurs Oblats furent envoyés pour aider Faraud à établir la mission à un meilleur endroit. Les hommes commencèrent à construire des habitations et une route entre Fort Pitt à Lac La Biche pour la marchandise, et a établi une grande ferme pour aider à approvisionner les missions isolées du Nord.

Faraud avait quelques administrateurs dans les Oblats qui géraient le transport de marchandises et prenaient plusieurs longs voyages aux missions naissantes dans les bassins de la Paid, Athabasca et Mackenzie, en plus de passer plusieurs années à la mission du Lac La Biche. Un porte-parole de l’homéopathie, il était considéré un bon docteur par les autochtones et il prescrivait de petites pilules pour toutes sortes de maladies. Avec l’aide du père Vital-Justin Grandin, le frère Patrick Bows, le frère Alexis Reynard et plusiseurs autres, Faraud disait la Bonne Nouvelle en établissant 20 missions au cours de sa vie.

Avec l’aide de Taché et de Grandin, Faraud fut consacré. Sa mauvaise santé l’a déplacé à Notre-Dame-des-Victoires à Lac La Biche. Là, il supervisa l’imprimerie de missels en Déné et dans d’autres langues autochtones, et voyait au transport de biens aux missions de son vicariat. En 1889, Taché rencontra Faraud au premier conseil provincial des Oblats dans l’Ouest du Canada, et en voyant son ami qui avait combattu la maladie du foie depuis quarante ans, a persuadé Faraud à prendre sa retraite. Faraud est décédé peu longtemps après et fut enterré dans la crypte dans la cathédrale de Saint Boniface avec l’évêque Provencher.

Source(s):
Champagne, Juliette. La Mission Notre-Dame-des-Victoires, Lac-la-Biche, 1853-1963, entrepôt et couvent-pensionnat, Narrative history and interpretative matrix for the historic site, Alberta Culture and Historic Sites Services and Lac La Biche Mission Historical Society, 1993.

Dictionnaire biographique du Canada en ligne. http://www.biographi.ca

Bottom


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Francophone Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved