<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of Greenpeace International using Archive-It. This page was captured on 22:53:41 Apr 06, 2020, and is part of the Greenpeace Archive collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information

RD Congo: 25 Millions d’Hectares de Forêts Menacés

Feature Story - février 28, 2011
Greenpeace est extrêmement inquiète suite à l’annonce faite par le Ministre congolais de l’Environnement, José Endundo.

Le gouvernement congolais vient en effet de légaliser 15 nouveaux titres forestiers dans les forêts tropicales du Congo et envisage de lever prochainement le moratoire existant dans le pays sur l’expansion de l’industrie forestière.


A terme, ce sont au total 25 millions d’hectares de forêts denses qui seraient livrés à l’appétit de quelques groupes forestiers. Ceci sur un total de 60 millions d’hectares exploitables. Ces déclarations posent de graves questions et pourraient remettre en cause la crédibilité de la RD Congo qui doit présider cette année l’Africa group dans les négociations internationales sur le climat qui vont se dérouler en fin d’année à Durban en Afrique du Sud.

A l'échelle mondiale, une surface forestière de la taille d'un terrain de football est détruite toutes les deux secondes, contribuant pour 20 pour cent aux émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

2002 – 2011 : un processus long, couteux et … qui a échoué à assainir l’industrie forestière en RDC

En 2002, face au chaos qui régnait dans le secteur de l’exploitation forestière industrielle en République démocratique du Congo (RdC), le gouvernement décidait d’un moratoire sur l’attribution de nouveaux titres forestiers, c’est-à-dire de concessions pouvant couvrir plusieurs centaines de milliers d’hectares.

Ce moratoire, faute d’un État capable de contrôler la situation sur le terrain, fut immédiatement et régulièrement violé. En 2005, sous la pression de la Banque Mondiale, le gouvernement entama une « revue légale de 156 titres forestiers » destinée à assainir cette industrie forestière. Début 2009, après un processus controversé, le Gouvernement rendait public les conclusions de cette revue légale : 65 titres étaient officiellement légalisés donc convertibles en concessions forestières de long terme.

10 millions d’hectares de forêts supplémentaires en danger

Et c’est en janvier dernier que le Ministre de l’Environnement annonce donc la clôture officielle du processus, et le repêchage de 15 nouveaux titres forestiers, préalablement jugés illégaux. Mais surtout, il évoque une levée prochaine du moratoire en vigueur depuis 2002.

Cela confirme l’attribution à une poignée d’entreprises industrielles d’une superficie totale de 15 millions d’hectares de forêts – cinq fois la taille de la Belgique –. Alors que cette industrie est très régulièrement pointée du doigt pour ses pratiques scandaleuses, les nombreux conflits sociaux qu’elle engendre, mais aussi la fragmentation des massifs de forêts intactes, aux conséquences dramatiques pour la diversité biologique et le climat.

Une levée du moratoire correspondrait à autoriser l’exploitation de 10 millions d’hectares supplémentaires, si l’on en croit des documents officiels émanant du Ministère de l’Environnement lui-même. Au total, jusqu’à 25 millions d’hectares de forêts seraient vouées à l’usage exclusif de l’industrie forestière.

Une décision contraire aux intérêts des forêts, de leurs habitants et du climat!

La déforestation est responsable de 15 à 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Le bassin du Congo abrite le deuxième plus important couvert de forêts tropicales au monde (après la forêt amazonienne), dont 80% des forêts dites intactes se trouvent en RDC. Elles abritent une biodiversité exceptionnelle, des espèces végétales encore inconnues, une faune extraordinaire avec des primates endémiques et menacés comme les bonobos. Mais ce sont aussi environ 40 millions de congolais qui sont dépendants matériellement et culturellement de ces forêts.

Le gouvernement de RD Congo est à ce titre très impliqué dans le « volet forêt » des négociations internationales sur le Climat (REDD) et le processus national qui en découle.


Objectif du mécanisme REDD : que la RDC obtienne des financements conséquents pour lutter contre la déforestation ou la dégradation forestière.

Préserver les forêts tout en permettant un vrai développement pour le pays

Un mécanisme REDD viable doit absolument inclure des mesures pour protéger les forêts les plus importantes pour la biodiversité et le climat, et cela doit aller de pair avec un développement socio-économique durable pour les communautés locales.

Avant de décider d’une allocation de ces immenses espaces forestiers à telle ou telle activité, le gouvernement congolais et les bailleurs de fonds comme la Banque Mondiale se doivent de mettre en place un vrai plan d’aménagement du territoire.

Il serait scandaleux de lever le moratoire dans les conditions actuelles. L’exploitation industrielle n’est en aucun cas une solution pour protéger les forêts. Le maintien du moratoire devrait au contraire constituer la pierre angulaire d’une stratégie nationale de préservation du patrimoine forestier, et permettre l’émergence d’alternatives de développement plus équitables et moins destructrices.

Greenpeace a cosignée avec plusieurs ONG internationales (Rainforest , Global Witness et Bank Information Center) une lettre adressée au Gouvernement Congolais et à la Banque Mondiale, leur demandant expressément de s’engager à un maintien et à un renforcement du moratoire.