hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:20:16 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
spacer spacer spacer spacer spacer
spacer

Accueil  |  Info  |  Nous Rejoindre  |  Partenaires  |  Plan du Site  |  Archives  

spacer
Alberta's Francophone Heritage
les débuts, peuples et leurs communautés, Culture et mode de Vie, Heritage Community Foundation, Albertasource et Alberta Lottery Fund

 

Francophone Edukit

Angel Spacer
Garneau
Quicklinks
Beaulieu

Berland

Cardinal

Desjarlais

Dumont

Garneau

Letendre

Paul

Quicklinks

Laurent GarneauNé au Michigan en 1840 d’une famille de commerçants de fourrure, son père se disait être un descendant de la famille Garneau de Saint-Pierre-de Montmagny, Québec1. Sa mère était ojibwa qui fut rachetée par son père aux Sioux qui la gardaient en ranson. Son futur époux l’envoya faire des études à un couvent où elle appris le français. Le père de Garneau était en charge d’un poste de traite à Sault-Ste-Marie avant l’amalgation de la CNO par la CBH.

En 1869, le jeune Garneau se lance dans la traite des fourrures avec deux compagnons dans le Missouri, mais ils sont obligés de se réfugier au Canada à cause de l’agressivité des Sioux. C’est dans la colonie de la Rivière-Rouge qu’il fait la connaissance d’Éleanor Thomas, une descendante des colons de Selkirk. Elle ne parlait que l’anglais et le gallois écossais, tandis que Garneau ne parlais que le français et l’ojibwa.

GarneauGarneau fut volontaire dans la brigade pour repousser les invasions des Fénians et soldat pour Louis Riel durant l’insurrections de la Rivière-Rouge. Il se dirige vers l’Ouest en 1874 et s’installe à Strathcona, où il devient un commerçant prospère, préparant du charbon de bois pour la CBH. Il est arrêté comme sympathisant de Riel en 1885, condamné à mort au Fort Edmonton, mais grâce à l’intervention du p. Lacombe, il est épargné et libéré.
Un conflit au sujet des frontières de sa propriété avec John Walters, qu’il porte à la cour Suprême de l’époque, le Conseil privé de Londres, et qu’il perd, le décide à quitter Strathcona pour Saint-Paul-des-Métis. Il s’y installe avec sa famille et fait de l’élevage de bétail et de chevaux à grande échelle, ayant de grands troupeaux de 500-600 têtes de bétail et de quelques centaines de chevaux2. Il établit le premier magasin et la première forge du village. Il fait aussi le don de la planche pour la construction de la première église. Il est décédé en 1918 et est enterré dans le cimetière de l’église de Saint-Paul. Une de ses filles, Victoria, épouse James Brady ; ils seront les parents de l’activiste métis, du même nom que son père. Une autre de leurs filles Archange entre chez les sœurs grises, où elle mène une longue carrière passée surtout à Fort Chipewyan.

Bottom


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Francophone Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved